Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Premier budget de Trump : prendre aux pauvres pour donner aux riches ?

En savoir plus

EUROPE

Assange se rendra à la police britannique en cas d'arbitrage défavorable de l’ONU

© John Stillwell, AFP | Visé par un mandat d'arrêt européen,Julian Assange refuse de se rendre en Suède de peur d'être extradé vers les États-Unis.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/02/2016

Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, reclus à l'ambassade d'Équateur à Londres depuis trois ans, a annoncé jeudi qu'il se rendra à la police britannique en cas d'arbitrage défavorable d'un groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire.

C’est peut-être la fin de plus de trois ans de réclusion pour Julian Assange. Le fondateur de WikiLeaks, réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres depuis 2012, a annoncé, jeudi 4 février, qu'il se rendra à la police britannique en cas d'arbitrage défavorable d'un groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire.

"Si l'ONU annonce demain que j'ai perdu mon affaire contre le Royaume-Uni et la Suède, je sortirai de l'ambassade vendredi à midi pour être arrêté par la police britannique", a déclaré Juilian Assange dans un communiqué.

>> À lire sur France 24 : "Le cas Assange, une affaire qui ne met personne d'accord"'

"Cependant, si je l'emporte et s'il est reconnu que les parties étatiques ont agi illégalement, j'attends la restitution immédiate de mon passeport et la fin de toute nouvelle tentative de m'arrêter", a-t-il ajouté.

L'Australien de 44 ans est accusé par une Suédoise d'un viol qui aurait été commis dans la région de Stockholm en août 2010. Il vit reclus depuis juin 2012 dans l'ambassade équatorienne de Londres.

>> À lire sur France 24 : "Julian Assange, 'un trophée anti-américain' cloîtré depuis un an"

Depuis ses débuts, cette affaire ultra-médiatisée s'est enlisée dans une série de complications juridiques et diplomatiques qui n'ont laissé aucune chance de connaître la vérité. Julian Assange clame son innocence, affirmant que les relations sexuelles étaient consenties, mais il s'est toujours dérobé aux convocations de la justice.

Visé par un mandat d'arrêt européen, il refuse de se rendre en Suède de peur d'être extradé vers les États-Unis, où il pourrait se voir reprocher la publication par WikiLeaks en 2010 de 500 000 documents classés secret défense sur l'Irak et l'Afghanistan et 250 000 communications diplomatiques.

En septembre 2014, Julian Assange avait déposé plainte contre la Suède et la Grande-Bretagne auprès d'un groupe de travail sur la détention arbitraire (WGAD), organisme mandaté par l'Organisation des Nations unies, pour faire reconnaître son confinement dans l'enceinte de l'ambassade équatorienne depuis bientôt quatre ans comme une détention illégale.

Ce groupe de travail, dont les décisions ne sont pas contraignantes, doit se prononcer vendredi sur le cas du fondateur de WikiLeaks.

Avec AFP
 

Première publication : 04/02/2016

  • JUSTICE

    La Suède abandonne une partie de l'enquête pour agression sexuelle contre Assange

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    WikiLeaks publie des emails personnels du patron de la CIA

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Le cas Julian Assange, une affaire qui ne met personne d’accord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)