Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Culture

Ballet de l'Opéra de Paris : démission du chorégraphe Benjamin Millepied

© Martin Bureau, AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/02/2016

Le chorégraphe français Benjamin Millepied a annoncé jeudi sa démission de la direction du ballet de l'Opéra de Paris, où il sera resté à peine plus d'un an. C'est l'ex-danseuse étoile Aurélie Dupont qui lui succédera.

Les rumeurs sur son départ ont été confirmées. Par communiqué, le chorégraphe star Benjamin Millepied a annoncé, jeudi 4 février, sa démission de la direction du ballet de l'Opéra de Paris, deux heures avant la conférence de presse officielle convoquée par l'institution.

"Après mûre réflexion, j'ai décidé de mettre fin à mes fonctions de directeur de la danse", indique-t-il, expliquant vouloir se "consacrer à 100 % à la création", ce que ses fonctions à l'Opéra ne permettaient pas.

Le directeur de l'Opéra, Stéphane Lissner, a aussitôt annoncé que l'ex-danseuse étoile Aurélie Dupont allait le remplacer à la tête de la prestigieuse institution.

Les déclarations de Benjamin Millepied au Figaro en décembre dernier, reprises ensuite dans un documentaire coproduit par l'Opéra et diffusé sur Canal+, avaient choqué dans le milieu feutré de la danse. Il avait évoqué sa volonté de réformer le ballet de l'Opéra de Paris et critiqué la rigidité de l'enseignement de la danse, estimant que le ballet ressemblait parfois à "du papier peint".

"Être danseur, c'est s'exprimer, pas tenter de ressembler à un motif sur du papier peint !", disait-il. "Oui, les danseurs de corps de ballet doivent présenter une certaine homogénéité, avoir conscience de l'autre dans l'espace, mais, avant tout, il faut qu'ils dansent ! En ce moment, à Garnier, dans le programme contemporain Wheeldon/McGregor/Bausch, ils sont fantastiques, d'une liberté totale. Mais, dans le classique, ça n'est pas ça".

>> À voir sur France 24 : "Rencontre avec Benjamin Millepied, directeur de la danse à l'Opéra de Paris"

Le chorégraphe, époux de l'actrice américaine Natalie Portman à la ville, "n'avait aucune expérience de la direction d'une grande compagnie", a estimé l'ancienne directrice de la Danse de l'Opéra de Paris Brigitte Lefèvre.

"Le bons sens aurait été de nommer un bon connaisseur du ballet", a déclaré à l'AFP celle qui a dirigé 20 ans la prestigieuse compagnie, et qui avait proposé pour lui succéder le maître de ballet et ancien Étoile Laurent Hilaire, un choix qui n'avait pas été suivi par le directeur de l'Opéra Stéphane Lissner.

"Diriger une grande institution ne s'invente pas", souligne Brigitte Lefèvre, sans mettre en doute le talent créatif de Benjamin Millepied, à qui elle avait confié plusieurs créations sous son mandat.

"Benjamin n'avait pas mesuré que le poste implique 80 % de tâches administratives et 20 % seulement d'artistique", a confié à l'AFP un très bon connaisseur de l'Opéra. "Il a voulu réformer vite, parce qu'il fait tout très vite, et il n'a pas été soutenu par la direction de l'Opéra", ajoute-t-il.

"Il a mis toute son honnêteté dans son poste, mais il n'a pas mesuré le poids de certains mots. Lorsqu'il dit que le ballet ressemble à du papier peint, il veut dire qu'il faut des individualités dans le corps de ballet. Il veut dire aux danseurs : 'soyez des artistes et pas seulement de super techniciens'".

Avec AFP

Première publication : 04/02/2016

COMMENTAIRE(S)