Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Comment tout pourrait mal tourner pour Angela Merkel"

En savoir plus

MODE

Barcelone, nouvel eldorado de la création européenne

En savoir plus

LE DÉBAT

La Catalogne en instance de divorce avec l’Espagne ? (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du Code du travail : les ordonnances présentées en Conseil des ministres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crise au FN : "L'impossible existence des numéros deux"

En savoir plus

LE DÉBAT

La Catalogne en instance de divorce avec l’Espagne ? (partie 1)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le bras de fer entre Madrid et la Catalogne fait réagir la toile

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le risque de la radicalisation

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Crise des Rohingya : "Qu'ils nous laissent entrer", plaide le Haut-Commissaire aux droits de l'Homme

En savoir plus

Afrique Tunisie

Levée du couvre-feu instauré en Tunisie durant la contestation sociale de janvier

© Mohamed Khalil, AFP | Des mouvements de protestations avaient éclaté dans la région de Kasserine, en Tunisie, après la mort d'un jeune chômeur mi-janvier.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/02/2016

Le couvre-feu nocturne, instauré le 22 janvier sur l'ensemble de la Tunisie, a été levé jeudi. Le gouvernement avait pris cette mesure en raison d'une vague de contestation sociale inédite depuis la révolution de 2011.

Le couvre-feu est désormais levé en Tunisie. Les autorités ont mis un terme jeudi 4 février au couvre-feu nocturne qui avait été instauré le 22 janvier sur l'ensemble du territoire face à une vague de contestation sociale inédite depuis la révolution de 2011.

"Vu l'amélioration de la situation sécuritaire, il a été décidé à partir de jeudi [...] de lever le couvre-feu sur tout le territoire", a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

La mesure, initialement valable de 20 h (19 h GMT) à  5 h (4 h GMT), avait été allégée à deux reprises et était en vigueur à partir de minuit depuis le 29 janvier.

La Tunisie, à la fois pionnière et unique rescapée du printemps arabe, a été le théâtre le mois dernier d'une contestation sociale inédite depuis sa révolution de 2011, partie de Kasserine, dans le centre défavorisé du pays.

>> À lire sur France 24 : "Cinq ans après la révolution, on est déçus mais on y croit encore"

Ce mouvement avait été déclenché par le décès le 16 janvier d'un jeune chômeur, Ridha Yahyaoui, électrocuté alors qu'il protestait notamment contre le retrait de son nom d'une liste d'embauche dans la fonction publique.

La colère s'était propagée au cours des jours suivants dans de nombreuses régions, les forces de l'ordre répondant dans certains cas aux jets de pierre de manifestants par des tirs de gaz lacrymogènes.

Dans la nuit du 21 au 22 janvier, des saccages de commerces avaient été enregistrés dans un quartier populaire de la banlieue de Tunis (Ettadhamen).

Le couvre-feu avait été instauré le lendemain par les autorités, "au vu des atteintes contre les propriétés publiques et privées", et du "danger" "pour la sécurité de la patrie et des citoyens".

>> À voir sur France 24, l'entretien avec l'ex-président tunisien Moncef Marzouki : "En Tunisie, le problème, c'est la corruption"

La contestation sociale s'est par la suite essoufflée, même si des manifestations, le plus souvent pacifiques, se sont un temps poursuivies à Kasserine mais aussi à Sidi Bouzid, où l'immolation du vendeur ambulant Mohamed Bouazizi avait donné le départ de la révolte contre le régime du président Ben Ali fin 2010.

Avec AFP

Première publication : 04/02/2016

  • TUNISIE

    Tunis instaure un couvre-feu nocturne dans tout le pays après une semaine de violentes contestations

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Contestation sociale à Kasserine : "Pourquoi nos députés ne sont pas là ?"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Un policier tué après des heurts avec des manifestants près de Kasserine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)