Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

Tombouctou célèbre la reconstruction de ses mausolées, détruits par les jihadistes

© Sébastien Rieussec / AFP | Quatorze édifices religieux avaient été détruits à Tombouctou en 2012 par les groupes jihadistes, dans le nord du Mali.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/02/2016

Grâce au savoir-faire traditionnel des maçons de Tombouctou, la cité légendaire du nord-ouest du Mali a repris possession de ses 14 mausolées détruits par des jihadistes en 2012. Une cérémonie de sacralisation s'est tenue jeudi.

Tombouctou renaît de ses cendres. Plus de trois ans après la destruction des mausolées de la cité légendaire du nord-ouest du Mali, victime de l’obscurantisme des jihadistes, la ville a repris possession de ses monuments, reconstruits à l'identique, jeudi 4 février.

Pulvérisés au nom de la lutte contre "l'idolâtrie" ordonnée par le groupe jihadiste touareg malien Ansar Dine, c'est par une cérémonie de sacralisation, avec lecture intégrale du Coran et prière collective, que s'est achevée la patiente œuvre de réhabilitation des sanctuaires de saints musulmans.

"C'est un symbole fort pour la paix"

L’ancien grand centre intellectuel de l'islam, qui a connu son apogée au XVe siècle, classé par l’Unesco au Patrimoine mondial de l'humanité en péril, comptait "16 cimetières et mausolées qui étaient des composantes essentielles du système religieux dans la mesure où, selon la croyance populaire, ils étaient le rempart qui protégeait la ville de tous les dangers".

Quatorze de ces mausolées avaient été détruits par des groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, qui ont dicté leur loi dans cette région de mars-avril 2012 jusqu'au déclenchement, en janvier 2013, d'une opération militaire internationale à l'initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

"C'est un symbole fort pour la paix", s'est félicité lors de la cérémonie Sane Chirfi, représentant de la famille responsable du mausolée Alpha Moya, l'un des tout premiers vandalisés. "Les mausolées sont des symboles de rassemblement, de regroupement, parce que parmi les saints de Tombouctou, il y a des saints de toutes les ethnies".

"On avait vu la dureté des images, la brutalité des destructions, et aujourd'hui, ce mausolée, nous sommes très heureux qu'il soit debout", a confié le représentant de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), qui a conduit le projet, Lazare Eloundou.

"Les mausolées seront bientôt accessibles à tous"

Malgré l'importance de ces mausolées pour la population, qui voue un grand respect aux saints décédés, seuls étaient conviés à la cérémonie les représentants des familles chargées de leur gestion, des responsables maliens, dignitaires coutumiers et religieux ainsi que des diplomates.

Mais ils seront bientôt accessibles à tous les habitants, a assuré le directeur de cabinet du ministre de la Culture, Almamy Ibrahim Koreissi: "Il s'agit de remettre en activité ces monuments-là : que ceux qui avaient l'habitude de les fréquenter puissent revenir se recueillir dans ces mausolées".

La réhabilitation des mausolées a été achevée sur le plan architectural en septembre 2015, le même mois que la première comparution devant la Cour pénale internationale (CPI) d'un suspect, Ahmad Al Faqi Al Mahdi, membre d'Ansar Dine, accusé d'avoir dirigé les dégradations contre neuf mausolées et une mosquée.

Avec AFP
 

Première publication : 05/02/2016

  • MALI

    Une ressortissante suisse enlevée à Tombouctou

    En savoir plus

  • MALI

    La CPI va juger un jihadiste présumé responsable de destructions à Tombouctou

    En savoir plus

  • MALI

    Vidéo : une nouvelle vie pour les mausolées de Tombouctou, au Mali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)