Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Afrique

Meurtre de l'étudiant italien : l'Égypte rejette les accusations contre ses forces de police

© Mohamed El-Shahed, AFP | Un hommage à Giulio Regeni a été rendu, samedi au Caire, devant l'ambassade d'Italie.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/02/2016

Alors que l'Italie exige que toute la lumière soit faite sur le meurtre de l'étudiant italien retrouvé torturé au Caire la semaine dernière, l'Égypte rejette toute responsabilité. "Il n'a pas été arrêté par la police", affirme Le Caire.

Le meurtre de l'étudiant italien de 28 ans, torturé à mort au Caire, empoisonne les relations entre l'Italie et l'Égypte. Rome a de nouveau exigé, lundi 8 février, que les "vrais responsables" du supplice de Giulio Regeni soient identifiés et punis. 

"Nous ne nous contenterons pas de demi-vérités [...]. Nous voulons que les vrais responsables soient identifiés et punis selon la loi", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, dans un entretien au quotidien La Repubblica.

"Ce ne sont pas les pratiques de l'appareil d'État"

Mais les autorités égyptiennes ont vivement rejeté "ces accusations". À un journaliste qui lui demandait au Caire si le jeune Italien avait été "arrêté par la police", le ministre égyptien de l'Intérieur, Magdy Abdel Ghaffar, a répondu que "cela n'[était] pas arrivé". "Nous n'acceptons pas même qu'on y fasse allusion, ce ne sont pas les pratiques des appareils de sécurité de l'État", a-t-il insisté.

Giulio Regeni, 28 ans, était doctorant à l’université britannique de Cambridge et faisait des recherches pour une thèse sur les mouvements ouvriers en Égypte. Selon les récits d’amis et d’étudiants, il aurait disparu alors qu’il se rendait à un rendez-vous à une station de métro dans le centre du Caire, vers 20 heures, le 25 janvier, jour anniversaire de la révolte populaire de 2011 qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir. Ce jour-là, les autorités avaient interdit tout rassemblement et la capitale était quadrillée par des policiers et soldats.

Depuis que le corps a été retrouvé le 3 février au Caire, dans un fossé, une enquête a été ouverte par les autorités égyptiennes mais aussi par des enquêteurs italiens qui se sont rendus sur place vendredi. Les autorités égyptiennes semblent collaborer, a fait savoir le ministre des Affaires étrangères italien.

Traces de torture

En Italie, la colère gronde à mesure que la presse révèle les éléments relevés lors de l'autopsie réalisée à Rome samedi, juste après le rapatriement du corps. Selon les premiers éléments de l'autopsie, la mort a été provoquée par un coup violent à la base du crâne. Le corps portait également de multiples fractures, des traces de coups répétés, de brûlures et d'autres sévices. Les bourreaux avaient arraché tous les ongles de pieds et de mains du jeune homme, ont révélé les médias italiens.

Les défenseurs des droits de l'Homme et les opposants en Égypte affirment que Giulio Regeni a été arrêté par la police ou les renseignements qui l'ont torturé pour obtenir des informations. Les milieux diplomatiques et la presse italienne penchent aussi pour cette thèse.

Les organisations internationales de défense des droits de l'Homme dénoncent régulièrement des disparitions d'opposants, des tortures et des tabassages à mort par les services de sécurité, au point que le président en personne avait demandé récemment aux policiers de faire preuve de retenue et prévenu qu'ils auraient "des comptes à rendre", après plusieurs cas de morts brutales dans des commissariats.

Plusieurs voix se sont élevées depuis la mort de l'étudiant pour réclamer des funérailles d'État. La décision revient au chef du gouvernement, Matteo Renzi.

Avec AFP

Première publication : 08/02/2016

COMMENTAIRE(S)