Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Culture

Les étudiants chinois, nouveaux ambassadeurs du vin français

© Philippe Lopez, AFP | Les exportations de vin AOP vers l'Asie ont augmenté de 24 % en 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/02/2016

Les étudiants chinois sont de plus en plus nombreux à se former en France aux métiers du vin. Ils attirent les producteurs français, soucieux de gagner des parts de marché en Asie. Reportage à Bordeaux de Chris Bockman et Perrine Mislanghe.

Par le passé, les hangars du quai de Bacalan à Bordeaux servaient à stocker les bouteilles de vin avant d'être exportées sur les navires. Ce site est désormais occupé par des étudiants en master de l’Institut des hautes études économiques et commerciales (INSEEC), qui forme aux métiers du vin. Non pas pour le fabriquer mais pour l’exporter.

Dans la filière marketing du vin, un tiers des élèves sont chinois, à l'image de Xiliang Hu qui est prête à saisir toutes les opportunités professionnelles. "Je peux soit rentrer en Chine pour travailler en tant que négociante, soit rester ici pour travailler à l'exportation". Des douzaines de classes forment au marketing, à l’image de marque et aux techniques de vente vinicole.

"Ils se familiarisent avec le produit"

Les étudiants travaillent également leur palais pour distinguer les différentes sortes de vins cultivés sur une même propriété. "Les élèves chinois se familiarisent avec le produit et quand ils le maîtrisent, quand ils l’aiment et l’apprécient, ils commencent à l’exporter, explique Marcello Roudil, directeur du programme vin à l'INSEEC.

"Les Chinois qui étudient ici représentent de réels ambassadeurs français sur le marché chinois, poursuit Marcello Roudil. C’est une véritable opportunité pour Bordeaux de pouvoir travailler avec eux dans ce pays gigantesque."

"J'ai vu mes affaires se multiplier"

À Saint-Émilion, le Château Valandraud a naturellement embauché deux diplômés chinois, comme l'explique le producteur du domaine, Jean-Luc Thunevin. "J'ai vu mes affaires se multiplier grâce à elles, indique-t-il. Je ne suis pas sûr que les effets seraient aussi visibles avec un Français."

La Chine est le plus gros acheteur de vin français en terme de volume. Si les exportations vers la Chine vers Hong-Kong, et Singapour et Taïwan ont fortement augmenté en 2015 (+24 %), les marges de progression sont encore très importantes. Les Chinois boivent actuellement 40 fois moins de vin que les Français.

Première publication : 08/02/2016

  • VOUS ÊTES ICI

    Orléans, des vins aigres aux vinaigreries

    En savoir plus

  • Vous êtes ici

    Château Margaux : les maîtres du vin

    En savoir plus

  • VOUS ÊTES ICI

    La Champagne, terre de cathédrales inattendues

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)