Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : Le dialogue de la dernière chance

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La chanson française à fleur de peau

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Lettonie : le gouverneur de la banque centrale arrêté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pete Souza, ancien photographe à la Maison Blanche : "Obama a beaucoup d'humour"

En savoir plus

FRANCE

Najat Vallaud-Belkacem tourne en ridicule les théories du complot

© Jacques Demarton, AFP | La ministre de l’Éducation Najat Vallaud-Belkacem à l'Assemblée nationale, le 9 février 2016.

Texte par Majda ABDELLAH

Dernière modification : 10/02/2016

Alors que le gouvernement a lancé un plan de lutte contre les théories du complot, la ministre de l’Éducation s’est amusée à tourner en dérision les discours complotistes qui fleurissent sur la Toile, notamment à son encontre.

Fille de milliardaire américain, ayatollah ou agent secret investie d’un projet visant à rendre obligatoire l’enseignement de l’arabe, la ministre française de l’Éducation nationale est la cible de toutes les rumeurs sur Internet.

Mardi 9 février, à l’occasion d’une journée d’étude sur les théories du complot organisée au Muséum d’histoire naturelle, Najat Vallaud-Belkacem est montée au créneau devant un parterre de lycéens et collégiens accompagnés de leurs enseignants, en reprenant les codes des complotistes pour mieux les dénoncer.

"Internet a révélé ces derniers jours un complot contre l'accent circonflexe. Un complot que je prépare depuis mes 13 ans, patiemment", a-t-elle annoncé, en référence à une rumeur diffusée la semaine dernière, qui faisait d’elle l’instigatrice de la réforme de l’orthographe visant à éradiquer l’accent circonflexe.

"Je suis Claudine Dupont"

La ministre a profité de cette sortie pour tacler toutes les rumeurs dont elle fait régulièrement l’objet. Depuis 2014, des fausses photos circulent sur la Toile affirmant mordicus que sa véritable identité serait "Claudine Dupont".

"Une rapide recherche sur Internet m'a éclairée sur ce point : j'ai caché [à mon mari], pendant des années, une terrible vérité. Je ne suis pas Najat Vallaud-Belkacem. Je suis Claudine Dupont. Or, que remarquez-vous ? Il n'y a, dans Claudine Dupont, aucun accent circonflexe. Nulle-part. Cette frustration m'a conduite à décider leur suppression."

"Coïncidence ? Je ne crois pas"

La ministre de l’Éducation a également commenté les nombreux ragots relatifs à a vie privée, en racontant avoir appris sur Internet, là encore, sa troisième grossesse ainsi que son divorce.

"Je tiens [...] à dire que ce complot n'est pas une lubie de femme enceinte. Je le précise car j'ai découvert ces derniers temps, grâce à Internet, que j'attendais mon troisième enfant. Cela fait naturellement le bonheur de mon mari." Et d’enchaîner : "Pardon. De mon ex-mari. Ces mêmes sites m'ont en effet appris que j'étais divorcée."

L’ironie de la ministre ne vise pas moins un sujet pris très au sérieux par le gouvernement. Depuis quelques jours, une campagne contre le conspirationnisme inonde la Toile à travers le hashtag #FaceauComplotisme et #Ontemanipule. Des vidéos mettant en scène le youtubeur Kevin Razy sont largement diffusées à l’adresse des principales cibles des complotistes : les jeunes adolescents.

Mardi, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé vouloir inscrire l’étude du complotisme au programme dans les collèges français.

Première publication : 10/02/2016

  • ATTAQUES À PARIS

    Vidéo : les théories du complot autour des attentats de Paris démontées une à une

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Nouvelle rumeur sur Najat Vallaud-Belkacem, le ministère porte plainte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)