Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques

"Air cocaïne" : la condamnation des pilotes français confirmée en appel

© Erika Santelices, AFP | Les pilotes Pascal Fauret et Bruno Odos au tribunal de Saint-Domingue, le 8 mai 2014.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/02/2016

Détenus à Marseille, les deux pilotes français de l'affaire dite "Air Cocaïne" ont vu leur condamnation à 20 ans de prison confirmée, jeudi, par la justice dominicaine. Le procès des deux autres compatriotes, restés à Saint-Domingue, est reporté.

Nouvelle étape dans l'affaire dite "Air Cocaïne". Les deux pilotes français, Pascal Fauret et Bruno Odos, actuellement détenus en France après leur évasion rocambolesque fin 2015, ont été condamnés en appel à 20 ans de prison, jeudi 11 février, pour trafic de drogue par la justice dominicaine.

Dès l'ouverture du procès, la procureure Carmen Alardo a demandé aux juges "le désistement de l'action en appel des prévenus (les deux pilotes, NDLR) qui ne se sont pas présentés" à l'audience sans fournir d'explication, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le procès des deux autres pilotes reporté

Après s'être retiré pour délibérer, le tribunal a prononcé dans la foulée "le désistement" de l'action en appel, confirmant ainsi la condamnation des pilotes, visés depuis leur fuite par un mandat d'arrêt international émis par la République dominicaine, mais dont la France, où ils sont en détention provisoire, a écarté toute extradition.

Le procès en appel de deux autres Français restés sur l'île, Nicolas Pisapia, présenté comme le passager du jet, et l'apporteur d'affaires Alain Castany, se poursuivra le 14 mars, a précisé le tribunal.

Les quatre Français avaient fait appel après leur condamnation à 20 ans de prison en août 2015 pour trafic de drogue.

Retour sur l’affaire

L'affaire remonte à la nuit du 19 au 20 mars 2013, quand la police dominicaine, renseignée notamment par les États-Unis, intercepte sur le tarmac de l'aéroport de Punta Cana un avion Falcon 50 avec 26 valises contenant 680 kilos de cocaïne à son bord.

Le 28 octobre 2015, alors qu'ils étaient en liberté conditionnelle avec interdiction de sortie du territoire dans l'attente de l'examen de leur appel, ils ont fui ce pays des Caraïbes en bateau pour rejoindre l'île antillaise franco-néerlandaise de Saint-Martin, avant d'arriver en avion à la Martinique d'où ils ont gagné, toujours par les airs, la métropole.

Peu après leur retour en France, ils ont été placés en détention provisoire, début novembre, par la justice française, qui enquête sur ce vaste trafic international de drogue. La justice a confirmé le 19 novembre leur maintien en détention.

Avec AFP

Première publication : 11/02/2016

  • FRANCE

    "Air Cocaïne" : mandat d’arrêt dominicain contre l’ex-FN Aymeric Chauprade

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Air Cocaïne" : le second pilote maintenu en détention après un long interrogatoire

    En savoir plus

  • JUSTICE

    "Air cocaïne" : la justice française place les deux pilotes en détention

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)