Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton vs. Trump, l'eau et le feu"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"2016 sera une année record pour le tourisme en Grèce"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Tourisme en Europe : les gagnants et les perdants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Victoire à la Pyrrhus pour Jérôme Kerviel

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : le Gabon suspendu à la décision de la Cour constitutionnelle

En savoir plus

Retour dans les pays qui ont marqué l’actualité, les villes traumatisées par la guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel. Le dimanche à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

BILLET RETOUR

BILLET RETOUR

Dernière modification : 16/02/2016

Vidéo : le fantôme de Franco hante toujours l’Espagne

© Capture d'écran France 24

Quarante ans après la mort du dictateur Francisco Franco, l’Espagne ne parvient toujours pas à faire le deuil de son passé. Entre pro et anti, le pays demeure profondément divisé. Nos reporters sont allées à Madrid, à la rencontre de ces Espagnols toujours habités par la mémoire du Caudillo.

Pour beaucoup d’Espagnols, le sujet est tabou. Au sein d’une même famille, on trouve parfois des partisans des deux camps : républicain et franquiste. Au détour d’une réunion familiale, des générations d’hommes et de femmes élevés pendant la démocratie ont parfois appris qu’un proche avait disparu, avait été torturé, fusillé ou enlevé pendant la guerre civile (1936-1939) ou pendant la dictature du général Franco (1939-1975).

Selon l’ONU, l’Espagne est, après le Cambodge, le deuxième pays au monde qui a connu le plus de disparitions forcées. Plus de 150 000 personnes sont portées disparues pendant ces années noires, d’après les chiffres officiels. Des dizaines de milliers d’autres ont été torturées, des milliers d’enfants volés à leur mère, souvent communiste ou de gauche, pour être confiés à "de bonnes familles catholiques".

Le devoir de mémoire à l'épreuve de la loi d'amnistie

Au lendemain de la transition démocratique, en 1977, l’Espagne adopte une loi d’amnistie controversée, qui permet aux personnes condamnées pendant la guerre civile et la dictature de retrouver un casier judiciaire vierge. Une loi qui a profité aux bourreaux de la dictature. Aucun des gouvernements successifs n’a eu le courage de remettre en cause ce texte qui empêche tout procès. Si en 2007, le gouvernement socialiste de Zapatero a adopté une loi de réconciliation nationale permettant une reconnaissance des victimes et l’ouverture de fosses communes, beaucoup l’ont jugée trop timide et inefficace.

Aujourd’hui, de plus en plus d’Espagnols souhaitent obtenir justice et réparation. Ceux qui sont encore en vie mènent leur dernière bataille pour que leurs tortionnaires, parfois encore en vie, soient jugés. Les descendants des disparus veulent aussi connaître la vérité. Savoir où le corps d’un être cher, père, oncle ou grand-père repose, et quel a été leur sort. Savoir quelle est leur famille biologique et quelle est son histoire. Mais leurs appels restent souvent sans réponse, leur plainte classée sans suite. Pour les victimes et leurs proches, le besoin de reconnaissance est immense et le combat semé d'embûches.

Malgré de nombreuses condamnations internationales et la pression de la société civile, Madrid peine à enquêter sur sa période franquiste et à rouvrir les plaies du passé. Quarante ans après sa mort, la mémoire du Caudillo, souvent comparé à Adolf Hitler, hante toujours les Espagnols. Ses partisans continuent même à lui rendre hommage, à glorifier son rôle dans l’Histoire et comptent bien réhabiliter leur héros... Alors qu'une grande partie de la classe politique recherche avant tout l’apaisement, le processus de recherche de la vérité sur les années noires de l’Espagne reste encore un vaste chantier.

Par Valérie LABONNE , Sarah MORRIS

COMMENTAIRE(S)

Les archives

09/09/2016 Mali

Vidéo : Tombouctou, la "perle du désert" ternie par les fous de Dieu

Depuis sa libération par les forces françaises début 2013 des griffes des jihadistes, Tombouctou, la "Cité aux 333 saints", lutte toujours contre l’insécurité et le terrorisme....

En savoir plus

02/09/2016 Guatemala

Guatemala : les familles des disparus de la guerre civile luttent contre l'oubli

"Où sont-ils?" Telle est la question scandée tous les 21 juin au Guatemala, lors de la Journée nationale des disparitions forcées. Pendant la guerre civile (1960-1996), 45 000...

En savoir plus

15/07/2016 Chine

Cinquante ans après la Révolution culturelle en Chine

"La Grande révolution culturelle prolétarienne" avait débuté le 16 mai 1966 avec une déclaration officielle, ouvrant la voie à une décennie qui allait bouleverser de façon...

En savoir plus

23/06/2016 Ouganda

Dix ans après le départ de la LRA, les Ougandais toujours traumatisés

Pendant 20 ans, jusqu'en 2006, le nord de l’Ouganda a vécu au rythme d'exactions commises par l’Armée de résistance du Seigneur. Là-bas, plus de 100 000 personnes ont été...

En savoir plus

09/06/2016 Liban

Vidéo : à Sabra et Chatila, l'école pour sortir des camps

Notre reporter Antoine Laurent est retourné dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila, près de Beyrouth. Entre le 16 et le 18 septembre 1982, l'un des pires...

En savoir plus