Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

Amériques

Au Mexique, le pape François appelle les évêques à lutter contre le narcotrafic

© Mario Vazquez, AFP | Accueilli triomphalement dans les rues de Mexico, le pape François s'est élevé samedi 13 février contre le narcotrafic et la violence.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/02/2016

Au Mexique, le pape François a appelé les autorités à veiller à ce que les Mexicains bénéficient d'une "justice réelle" et de "sécurité effective". Il a remonté les bretelles des évêques qui, selon lui, n'œuvrent pas assez contre le narcotrafic.

Les Mexicains lui ont réservé un accueil triomphal. Venant de Cuba, le pape François a entamé samedi 13 février un voyage de cinq jours au Mexique. Dès le premier jour de sa visite il a donné le ton, exhortant les dirigeants mexicains mais aussi les évêques à lutter contre le trafic de drogue et la violence qui sévissent dans le pays.

François, 79 ans, qui semblait en bonne forme, a été accueilli triomphalement le long des avenues de Mexico, sur des kilomètres, par une foule joyeuse de centaines de milliers de Mexicains.

>> À lire sur France 24 : "Rencontre entre François et Kirill : quand la Syrie rapproche Rome et Moscou"

Le Mexique condense actuellement des problématiques qui préoccupent le souverain pontife : une société inégale où la moitié de la population est pauvre, un pays livré à la violence du trafic de drogue et dans lequel des milliers de migrants vivent un calvaire en tentant de rejoindre les États-Unis.

"Au cours de sa visite le pape François va se rendre dans les lieux qui lui permettront d'aborder en contexte les questions chères à son pontificat", explique Laurence Cuvillier, correspondante de France 24 à Mexico. Il a ainsi prévu de se rendre dans l'une des villes les plus pauvres du pays, et dans la localité réputée la plus dangereuse du pays, Ciudad Juarez.

Apporter une "justice réelle"

Dans la matinée, le pape a été reçu au Palais national par le président Enrique Pena Nieto, une première symbolique pour le deuxième pays le plus catholique au monde, qui n'a cependant rétabli des relations diplomatiques avec le Vatican qu'en 1992 et possède une longue tradition laïque. M. Pena Nieto est du Parti révolutionnaire institutionnel, formation qui dans le passé a été à l'origine de politiques très anticléricales.

"Votre visite transcende la rencontre entre deux États. C'est une rencontre entre une nation et sa foi. Votre Sainteté, le Mexique aime le pape François pour sa modestie, sa gentillesse et sa chaleur", a déclaré, très laudateur, le président.

Le pape a appelé la classe politique rassemblée dans la cour intérieure du Palais présidentiel à apporter une "justice réelle" et une "sécurité effective" à la population, alors que le pays, en proie à une violence endémique, est endeuillé par une bataille entre deux clans rivaux qui a fait 49 morts dans la prison de Monterrey (nord-est). Prison que le pape François a d'ailleurs prévu de visiter.

Il l'a aussi poussée à abandonner ses privilèges. "Chaque fois que nous cherchons la voie des privilèges et des bénéfices pour quelques-uns, tôt ou tard, la vie de la société devient un terrain fertile pour la corruption, le trafic de drogue, l'exclusion des différentes cultures, la violence, le trafic d'êtres humains, les enlèvements et la mort."

Les évêques mexicains ne doivent pas "se comporter en princes"

Il a invité les évêques à ne pas se comporter en "princes" et à montrer un "courage prophétique" contre les "métastases" du trafic de drogue, au lieu de se contenter de "simples dénonciations".

Dans ce discours visiblement écrit de sa main, il leur a demandé de défendre les cultures indigènes menacées par l'oubli et d'assister les millions d'immigrés qui passent par le Mexique depuis le sud du continent pour rejoindre l'Eldorado américain.

Le pape s'est ensuite rendu dans l'après-midi en papamobile à la basilique de Notre-Dame de Guadalupe où l'attendait une foule nombreuse et enthousiaste.

Après la messe, il s'est retiré en prière derrière l'autel devant l'image sainte de la Vierge. "C'est un énorme honneur qu'il vienne voir notre Mère de Guadalupe, qui est la mère des Mexicains", commentait Socorro Valdes, une femme de 66 ans, en attendant l'arrivée du souverain pontife. "Qu'il prie pour nous, notre situation est inquiétante."

Dimanche, le souverain argentin visitera Ecatepec, une ville surpeuplée à la périphérie de la capitale où les violences ont augmenté dramatiquement, notamment contre les femmes. Puis le pape François se rendra ensuite au Chiapas (sud), l'Etat le plus pauvre du Mexique.

Le pape réserve la dernière étape de son voyage à la ville frontalière de Ciudad Juarez. Il terminera ses cinq jours de visite par une très symbolique messe face à la ville frontière américaine d'El Paso.

Avec AFP

Première publication : 14/02/2016

  • RELIGION

    Rencontre entre François et Kirill : quand la Syrie rapproche Rome et Moscou

    En savoir plus

  • IRAN

    Le pape François appelle le président iranien Hassan Rohani à œuvrer contre le terrorisme

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Le pape François visite la grande mosquée de Bangui

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)