Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Morgan Tsvangirai inhumé dans son village natal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrin: une guerre sans images

En savoir plus

LE DÉBAT

Offensive sur Afrin en Syrie : Damas, Ankara, un nouveau rapport de force ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gabriel Attal : "Les propos de Laurent Wauquiez sont indignes et pas au niveau du chef d'un grand parti d'opposition"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Guillaume Larrivé : "On voit que la meute est en marche aux ordres de l'Élysée"

En savoir plus

FOCUS

RD Congo : la Chine à l'assaut du cobalt

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Carré écrivaine se dévoile dans "Les Rêveurs"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Sandales, tunique rouge et colliers à fleurs" pour Justin Trudeau en Inde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump Junior en Inde : un voyage d’affaires très politique

En savoir plus

Moyen-Orient

Les Kurdes de Syrie de nouveau sous les bombes turques

© Zein Al-Rifai, AFP | L'aéroport de Minnigh, dans le nord de la Syrie en 2011, aujourd'hui ciblé par des bombardements turcs.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/02/2016

La Turquie poursuit ses bombardements sur les forces kurdes syriennes au nord d'Alep. Une source de tension supplémentaire dans le bras de fer international qui oppose partisans et opposants à Bachar al-Assad.

L’armée turque a bombardé des positions de combattants kurdes en territoire syrien pour la deuxième journée consécutive, dimanche 14 février, alimentant du même coup les tensions internationales qui se concentrent autour de la Syrie.

Ces tirs turcs ont en effet été dénoncés à la fois par le régime syrien, la France et les États-Unis, tandis que l’Iran et la Russie surveillent de près les agissements d’Ankara. La Turquie, farouchement opposée tant au maintien au pouvoir de Bachar al-Assad qu’à la progression des Kurdes syriens à proximité de sa frontière, envisage en effet de lancer avec l'Arabie saoudite une opération terrestre contre les jihadistes du groupe État islamique (EI) en Syrie.

Cette situation explosive ne laisse guère d’illusions quant à une résolution prochaine du conflit syrien, malgré l’accord de "cessation des hostilités" conclu vendredi 12 février au terme d’une réunion du Groupe international de soutien à la Syrie (ISSG).

Azaz, point stratégique

Les bombardements turcs ont visé plus particulièrement les positions du Parti kurde de l'union démocratique (PYD) aux alentours de la ville syrienne d'Azaz, dans la province d'Alep, à 5 km de la frontière turque. Ils répondaient à des tirs provenant de ces positions, a annoncé l'agence progouvernementale turque Anatolie. Damas a aussitôt condamné les bombardements turcs qui se poursuivent sur le nord de la Syrie et demandé à l'ONU d'intervenir.

Mais Ankara semble décidée à maintenir les Kurdes syriens à distance. "La Turquie a affirmé à maintes reprises qu’elle considère comme terroristes les forces kurdes syriennes au même titre que l’EI", explique Fatma Kizilboga, envoyée spéciale de France 24 dans la ville frontalière de Gaziantep. "Elle craint aujourd’hui que les forces kurdes finissent par contrôler une très large majorité de sa frontière avec la Syrie", une situation inacceptable pour les autorités turques.

Pour Fatma Kizilboga, il s’agit également d’un "message adressé à la Russie et aux États-Unis qui tous les deux considèrent ces forces kurdes comme alliées dans la lutte contre l’EI en Syrie". De fait, Washington compte de plus en plus sur les combattants kurdes syriens pour s'opposer à l’EI et a demandé samedi soir à Ankara de cesser ses bombardements.

Avec AFP

Première publication : 14/02/2016

  • SYRIE

    La Turquie bombarde les kurdes syriens du PYD dans le nord de la Syrie

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Pour Moscou, le monde a "glissé dans une nouvelle guerre froide"

    En savoir plus

  • TURQUIE - ARABIE SAOUDITE

    Ankara et Riyad envisagent de mener une opération terrestre contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)