Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des émeutes éclatent au Gabon après l'annonce de la victoire de justesse d'Ali Bongo

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (2ème partie)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (1ère partie)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

Afrique

Explosion d'au moins cinq grenades à Bujumbura

© Stringer, AFP | Un taxi après l'attaque à la grenade perpétrée à Bujumbura, le 15 février.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/02/2016

Au moins cinq grenades ont explosé lundi dans la capitale burundaise Bujumbura. Un enfant a été tué et au moins une trentaine de personnes blessées. La ville est en proie à une recrudescence d'attaques depuis le début du mois de février.

Un enfant a été tué et au moins 32 personnes blessées dans l'explosion, lundi 15 février au matin, d'au moins cinq grenades dans la capitale du Burundi, Bujumburaselon un bilan du porte-parole de la police Pierre Nkurikiye, interrogé par téléphone depuis Nairobi.

Un enfant âgé d'une dizaine d'années a été tué au marché de Siyoni, dans le quartier de Ngagara, au nord de la ville, a indiqué une source policière.

Trois grenades, lancées par des hommes circulant à moto, ont explosé dans le centre de Bujumbura, dans les quartiers de Rohero et Buyenzi, et deux autres à Ngagara, selon des témoins contactés. "On ne sait pas ce qui se passe mais c'est clair, on veut nous terroriser. J'ai déjà entendu trois explosions de grenades et ici, près du rond-point central (de Rohero), il y a eu plusieurs blessés", cinq hommes et une femme, a déclaré un habitant de Bujumbura.

>> À lire sur France 24 : "Amnesty International dévoile les images de fosses communes potentielles"

Reportage de France 24 sur les accusations d’exécutions sommaires au Burundi fin décembre

Attaques à la grenade quasi-quotidiennes

Après un début du mois de janvier plutôt calme, Bujumbura est en proie à une recrudescence d'attaques à la grenade, devenues quasi-quotidiennes depuis début février. Le pouvoir et l'opposition se rejettent mutuellement la responsabilité de ces "attaques terroristes", qui se sont multipliées depuis le début de la crise au Burundi sans jamais être revendiquées.

>> À lire sur France 24 : "L'ONU dénonce des viols collectifs et des exactions à caractère ethnique au Burundi"

Le pays est plongé dans une profonde crise politique depuis la candidature, fin avril 2015, du président Pierre Nkurunziza - réélu en juillet - à un troisième mandat.

Les autorités burundaises ont déjoué un coup d'État militaire en mai et ont brutalement réprimé six semaines de manifestations à Bujumbura, mais elles n'ont pu enrayer l'intensification des violences – désormais armées – et l'organisation de mouvements rebelles embryonnaires déterminés à chasser M. Nkurunziza.

Les violences ont déjà fait plus de 400 morts et poussé plus de 230 000 personnes à quitter le pays, parmi lesquels de nombreux opposants, militants associatifs et journalistes, selon l'ONU.

>> À lire sur France 24 : "Le journaliste Phil Moore juge "très troublante" l'attitude du Burundi envers les médias"
 
Avec AFP

Première publication : 15/02/2016

  • BURUNDI

    L’Union africaine renonce à déployer des forces de maintien de la paix au Burundi

    En savoir plus

  • BURUNDI

    Craintes de guerre civile au Burundi : "Le conflit n’est pas ethnique mais politique"

    En savoir plus

  • BURUNDI

    Burundi : naissance officielle d'une rébellion au président Nkurunziza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)