Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

Afrique

Présidentielle en Centrafrique : dépouillement en cours après un second tour dans le calme

© Issouf Sanogo, AFP | En Centrafrique, le dépouillement des bulletins a commencé, dimanche 14 février, après le second tour de la présidentielle.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/02/2016

Le dépouillement des bulletins a commencé dimanche en Centrafrique, après le second tour de l'élection présidentielle qui doit départager Anicet Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadéra. Les résultats ne sont pas attendus avant plusieurs jours.

Les Centrafricains ont voté dans le calme, dimanche 14 juillet, pour départager les deux anciens Premiers ministres Anicet Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadéra, candidats à la magistrature suprême. Le vainqueur aura la lourde tâche de sortir le pays de trois ans de violences intercommunautaires.

Le dépouillement a commencé dès la tombée de la nuit, à la lueur de lampes torches, dans des salles de classe décrépies où les agents électoraux inscrivaient au tableau les décomptes à la craie, selon des journalistes de l'AFP.

Les résultats officiels ne devraient pas être connus avant plusieurs jours mais les candidats pourraient annoncer leurs propres tendances dès lundi.

Anthony Fouchard, correspondant de France 24 à Bangui, raconte que l'ambiance était à la fête dimanche soir à Bangui. "Les Centrafricains ont fait la fête une bonne partie de la nuit, (...) car c'était pour eux une façon de tourner la page après trois ans de violences dans le pays. Concert de klaxon et caravanes de voitures et moto ont parcouru le centre-ville, criant leur joie d'avoir pu aller à ses élections pacifiques".

"Le scrutin d'hier était une façon pour les Centrafricains de tourner la page de trois ans de violence."


"Attendre dans le calme la publication des résultats"

Le chef de la délégation d'observateurs déployés par l'Union africaine, Ousmane Ndéné Ndiaye, a estimé dimanche soir que "du point de vue l'organisation, le pari a été gagné". "Il y a eu moins d'erreurs" qu'au premier tour, notamment dans "la disposition du matériel électoral", a-t-il déclaré à la télévision nationale.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, a lui appelé "à attendre dans le calme la publication des résultats".

Dans l'ensemble du pays, les centres de vote n'ont toutefois pas connu l'affluence du premier tour où de longues files d'attente s'étaient formées. Dans de nombreux bureaux visités par l'AFP à Bangui, le taux de participation dépassait à peine les 50 %, moins de deux heures avant la fin des opérations de vote.

En province, où les opérations ont eu lieu sans incident majeur, les électeurs se sont présentés au compte-gouttes à Obo (nord-est), Bambari (est) ou Berberati (sud).

Avec AFP

Première publication : 15/02/2016

  • CENTRAFRIQUE

    Présidentielle en Centrafrique : duel entre anciens Premiers ministres

    En savoir plus

  • ÉLECTION

    Centrafrique : premier tour des législatives annulé, second tour de la présidentielle validé

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Deux ex-Premiers ministres qualifiés pour le second tour de la présidentielle en Centrafrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)