Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

FRANCE

Centenaire 14-18 : "Verdun, c'est une sorte d’immense champ des morts"

© Collections BDIC | Le 61e bataillon de chasseurs à pied en route pour Verdun sur la route de Brabant-le-Roi, le 11 mars 1916.

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 16/02/2016

La France s'apprête à commémorer la bataille de Verdun. Cent ans après, la mémoire de cet affrontement franco-allemand qui dura 300 jours est toujours aussi vif. Pour beaucoup, ces combats résument à eux seuls la Première Guerre mondiale.

Le 21 février 1916, l’armée allemande lance une grande offensive contre la région fortifiée de Verdun, dans la Meuse. Un déluge de fer et de feu s’abat sur les positions françaises. Les Allemands sont alors convaincus qu’ils doivent porter un coup fatal aux Français qu’ils estiment épuisés par les batailles de 1915 en Champagne et en Artois. Pour le général Erich von Falkenhayn, chef suprême des armées allemandes, il est important de porter l’attaque en premier avant une grande offensive franco-britannique.

Mais son plan ne se déroule pas comme prévu. Même si les Français ne sont pas prêts, et si les premiers jours laissent envisager une déroute, ils résistent finalement pendant dix mois. À la mi-décembre 1916, les troupes allemandes sont refoulées sur leurs positions de départ.

Cent ans après, ces combats sont restés dans les mémoires. Pour beaucoup, le nom de Verdun symbolise à lui seul la Première Guerre mondiale et toute son atrocité. Auteur d’un récent ouvrage sur le sujet ("Verdun 1916 - Une histoire franco-allemande de la bataille", chez Tallandier) coécrit avec son homologue allemand Gerd Krumeich, l’historien Antoine Prost décrit à France 24 comment s’est construit le mythe autour de cette bataille.

Comment expliquez-vous qu’un siècle après, on résume encore pour beaucoup la mémoire de la guerre de 14-18 à Verdun ?
Antoine Prost : Qui n’a pas fait Verdun, n’a pas fait la guerre. Ce statut mémoriel de la bataille de Verdun tient essentiellement au choc du début de la bataille. Les Allemands n’avaient pas attaqué depuis le mois de septembre 1914 et ils le font avec une très grande puissance le 21 février 1916. Quelques jours plus tard, vers le 24/25 février, ils ébranlent profondément la résistance française. C’est quasiment le début d’une déroute. Ce n’est pas mai 1940, mais cela prend une mauvaise tournure. Les troupes qui arrivent pour colmater la brèche ne trouvent pas de positions précises à défendre, et ils ne savent pas où sont les Allemands. Ils sont dans une confusion totale.

On voit que les politiques sont très inquiets. Les jours suivants, c’est un peu la panique. La commission du Sénat décide de siéger tous les jours. Le président du Conseil, Aristide Briand, va calmer les députés le 26. Le président de la République, Raymond Poincaré, veut aller tout de suite à Verdun. Les mères s'inquiètent, espèrent que leurs enfants ne sont pas à Verdun.

Dans la construction de cette mémoire, l’autre facteur important est qu’il s’agit d’une bataille défensive, plus facile à populariser que les offensives. Les Français sentent alors à ce moment là que c’est maintenant qu’il faut arrêter les Allemands. C’est le fameux "On ne passe pas", et d’ailleurs ils ne sont pas passés. Verdun, c’est aussi une bataille que les Français mènent pratiquement seuls, même s’il y a eu un soutien indirect des alliés, notamment des Russes, qui ont lancé une grande attaque en juin sur le front de l’est, l’offensive Broussilov, obligeant Erich von Falkenhayn à y envoyer quelques divisions. C’est une vraie différence par rapport aux grandes batailles d’Artois et Champagne en 1915, puis de la Somme en 1916, qui sont des offensives alliées et pas seulement françaises.

Des tirs d'artillerie dans la région de Verdun en 1916 dans les archives Pathé

Tout au long des 300 jours de la bataille jusqu’en décembre 1916, plus de 2 millions de combattants français au total ont combattu à Verdun. Est-ce que la participation d’un si grand nombre de "poilus" à aussi contribué à sa légende ?
Antoine Prost : Oui, mais cela est moins important que ce qu’on croit. Le mythe de Verdun commence à s’édifier alors qu’on ne sait pas encore que 70 divisions vont y passer, sur la centaine que comprend l’armée française. On a trop exagéré cet élément. Les soldats qui ont été blessés ou mutilés en 1914 lors de la bataille de la Marne et qui ne sont pas revenus au front, n’y ont pas participé. Prenez le futur prix Nobel de la Paix, René Cassin, blessé en octobre 1914, il n’a jamais combattu à Verdun. Et puis, tous les soldats des jeunes classes qui ont été incorporés en 1916, 1917, 1918 n’ont pas non plus connu Verdun. En gros, cela a concerné les trois quarts de l’armée française au combat en 1916.

Dans la mémoire collective, Verdun représente "l’enfer sur terre". Est-ce qu’on peut vraiment qualifier cette bataille de "boucherie" ?
Antoine Prost : C’est effectivement une boucherie. Verdun est pire que toutes les batailles qui l’ont précédée en raison de l’intensité de l’artillerie. Les Allemands ont tiré un million d’obus le 21 février sur les lignes françaises. À l’époque, c’est énorme et il y a une escalade permanente. C’est une bataille gigantesque : sur le terrain, il y a plus d'un million d’hommes, français et allemands qui sont engagés en même temps et qui s’entretuent pendant dix mois. Il faut toutefois préciser que la bataille de la Somme, qui a eu lieu quatre mois plus tard, a probablement été pire. Les pertes mensuelles durant la bataille de la Somme sont de 40 000 hommes, alors que pour Verdun c’est 37 000. On a d’ailleurs beaucoup exagéré les pertes de Verdun : il est fréquent de lire 700 000 morts au total, mais c’est complètement faux. En réalité, il y a 143 000 morts côté allemand et 163 000 côté français. Ce qui est déjà énorme ! 

Mais pourquoi alors a-t-on retenu la bataille de Verdun davantage que les autres ?
Antoine Prost :
À partir du moment où la légende de Verdun se met en place, les autres batailles n’existent plus. La place est occupée. Et les autres ne sont pas des batailles dont on puisse être aussi fier : dans la Somme, l’offensive est franco-britannique et son mérite est partagé. Quant aux combats du Chemin des Dames, c’est un fiasco complet. Quand les soldats partent à l’assaut le 16 avril 1917, ils sont persuadés de finir la guerre. Ils sont dans le même état d’esprit que les soldats allemands le 21 février 1916 à Verdun. Mais au bout de quelques jours, la bataille s’enlise et ils s’aperçoivent que cela va encore durer. Le moral n’y est plus.

C’était important pour les anciens combattants de dire "j’ai fait Verdun" ?
Antoine Prost :
Absolument, et c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles on a beaucoup de témoignages : des lettres, des carnets, des récits, qui paraissent très tôt, dès avant le mois de juillet 1916. C’est très vendeur déjà à l’époque. Le premier volume de "Ceux de 14", de Maurice Genevoix, publié en mai 1916, s’appelle "Sous Verdun" – même s’il n’a rigoureusement rien à voir avec la bataille de Verdun – car il se passe du côté des Éparges, dans les bois de la Vaux-Marie, en octobre 1914, mais l’éditeur utilise le prestige du nom.

Le président de la République, Raymond Poincaré, se rend à six reprises à Verdun. La ville est décorée de la Légion d’honneur, de la croix de guerre et d’une dizaine de décorations étrangères, le 13 septembre 1916. Elle crée aussi une médaille pour ceux qui ont combattu à Verdun. Tout ce travail de mémoire se fait pendant la guerre, et va se prolonger au-delà avec, par exemple, la campagne de construction de l’Ossuaire. Pour l’édifier, un comité fait des conférences en France et à l’étranger pour obtenir des souscriptions, et 122 villes participent à son financement. La plupart des municipalités donnent à des rues le nom de Verdun, parfois même de Douaumont ou du colonel Driant [un député de Nancy, lieutenant-colonel, devenu l’un des héros de Verdun, après avoir été tué au milieu de ses hommes le 22 février, NDLR] . Et par la suite, il y a le raz-de-marée du tourisme des champs de bataille. Le premier guide Michelin de la bataille de Verdun paraît dès 1919 : il est d’ailleurs remarquablement bien fait, avec de très bonnes cartes et des photos d’époque précieuses. Et d’anciens combattants y vont en pèlerinage, pour se recueillir seuls, pour le montrer à leur femme et leurs enfants, ou en corps constitué avec des associations.

Une affiche de 1919 éditée par la Compagnie des Chemins de Fer de l'Est
© Library of Congress

Du côté de la mémoire allemande, Verdun "n’a pas la même force de souvenir" ?
Antoine Prost :
Effectivement, car les soldats allemands ont eu le sentiment d’avoir été piégés. On leur a d’abord dit qu’ils allaient terminer la guerre en remportant une grande victoire, puis on leur a ensuite fait croire qu’ils étaient là pour saigner l’armée française. Ce n’est pas du tout aussi enthousiasmant et surtout, ils comprennent qu’on saigne autant leur armée que celle de l’ennemi. Et les Allemands, eux, sont dans l’offensive, alors que les Français sont dans la position de défendre leur territoire, leur femme et leurs enfants. La situation s’inversera au moment de la bataille de la Somme, pour laquelle on a beaucoup plus de témoignages allemands.

En Allemagne, Verdun est absent de la mémoire nationale jusqu’à la fin des années 1920, où il y a un mouvement de renouveau national. On fait comprendre aux anciens combattants de Verdun qu’ils sont quand même des héros : ils n’ont pas été battus, mais trahis par leurs officiers, comme Falkenhayn, et par les sociaux-démocrates qui ont demandé la paix. Verdun devient le lieu emblématique du soldat au regard d’airain sous un casque d’acier. C’est l’homme de fer ou l’avant portrait du SS, et les nazis vont broder sur ce thème.

Désormais, dans la mémoire collective des Allemands, comme celle des Français, ce que l’on retient de Verdun, c’est la mort de masse un peu inutile. Pourquoi tant de morts durant la Première Guerre mondiale ? Il y en a eu 2 millions chez les Allemands qui se battaient sur deux fronts et 1,4 millions chez les Français. Pourquoi tant de jeunes vies fauchées et pour quel résultat ? Pendant très longtemps, Verdun a été pour les Français le symbole de l’identité nationale. J’ai même entendu quelqu’un dire un jour que Douaumont était le monument aux morts de la France, une sorte d’incarnation de la résistance française. Ce qui est totalement faux car il y a autant d’ossements français qu’allemands à l’ossuaire de Douaumont. À l’intérieur, on ne peut pas discerner la nationalité des os.

Le geste historique entre François Mitterrand et Helmut Kohl, main dans la main, à Douaumont le 22 septempbre 1984.
© Marcel Mochet, AFP

C’est pour cela que vous écrivez dans votre ouvrage que Verdun est désormais dénationalisée ?
Antoine Prost : Paradoxalement, c’est parce que Verdun était le meilleur symbole de la nation française dans sa capacité de résistance, qu’il a aussi été le meilleur endroit pour affirmer la réconciliation franco-allemande. Le président François Mitterrand n’avait pas de meilleur choix à faire pour affirmer symboliquement l’union de la France et de l’Allemagne que le lieu de Douaumont. [Le 22 septembre 1984, le président François Mitterrand et le chancelier ouest-allemand Helmut Kohl se sont recueillis, main dans la main, devant l’Ossuaire, NDLR]

C’est un espace sacré, une sorte d’immense funérarium. Dans son cœur, il y a l’ossuaire. Il y a ensuite le cimetière national, dans un vaste terrain qu’on appelle la zone rouge. Un territoire interdit où l’on ne peut pas s’aventurer. Vous ne pouvez pas creuser quelques mètres sur le champ de bataille de Verdun sans tomber sur des obus, des explosifs, ou sur des restes humains. C’est une sorte d’immense champ des morts sur 17 000 hectares.  

Première publication : 16/02/2016

  • 7 JOURS EN FRANCE

    Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

    En savoir plus

  • GRANDE GUERRE

    Villages morts pour la France : ces maires sans habitants

    En savoir plus

  • CENTENAIRE

    Première Guerre mondiale : "Il manque un million de tués"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)