Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

FRANCE

La réalité virtuelle au secours de la neurochirurgie : une première mondiale au CHU d’Angers

© 2016 Cervo. Tous droits réservés. | Pendant l'opération qui a eu lieu le 27 janvier, le patient éveillé, était muni de lunettes 3D de réalité virtuelle.

Texte par Françoise MARMOUYET

Dernière modification : 16/02/2016

Fin janvier, au CHU d’Angers, un patient atteint d’une tumeur au cerveau a été opéré grâce à la réalité virtuelle. Cette première mondiale ouvre des perspectives dans le domaine de la neurochirurgie.

C’est une prouesse médicale et une première mondiale qu’ont réalisées le neurochirurgien Philippe Menei et son équipe au CHU d’Angers (Maine-et-Loire). Le 27 janvier, un patient a été opéré à cerveau ouvert grâce à un casque de réalité virtuelle, dans le cadre du projet de recherche intitulé Cervo (Chirurgie éveillée sous réalité virtuelle dans le bloc opératoire) réalisé en collaboration avec l’Esiea, une école d’ingénieur de Laval spécialisée dans le numérique.

>> À lire sur France 24 : "Disponible en précommande, Oculus Rift lance la guerre des casques de réalité virtuelle"

L’homme, âgé d’une cinquantaine d’années et atteint d’une tumeur au cerveau située près des zones du langage et des connexions visuelles, a été opéré pendant six heures par le professeur Philippe Menei, chef du service de neurochirurgie du CHU d’Angers. Trois semaines après l'intervention, il est en parfaite santé, a révélé mardi 16 février l'équipe du CHU.

Pendant l’opération, le patient, éveillé, était muni d’un casque équipé de lunettes 3D de réalité virtuelle. Dans ses lunettes, défilait un programme de test du champ visuel mis au point par l’Esiea. Objectif : pousser plus loin encore la précision de l’acte.

"Des points lumineux ont été diffusés, et le patient a pu détailler ce qu’il voyait, ce qui a permis au neurochirurgien d’être certain de ne pas porter atteinte à la fonction visuelle lors de l’ablation de la tumeur", explique Marc Le Renard, enseignant-chercheur à l’Esiea, contacté par France 24. Il était d’autant plus important de préserver cette fonction que l’homme, atteint d’une maladie ophtalmique, avait déjà perdu l’usage de son œil droit.

"Jeu vidéo"

L'innovation du 27 janvier réside dans l’immersion du patient dans une réalité virtuelle. "Grâce à cette technique, nous avons pu tester le champ visuel, une fonction extrêmement complexe, qu’on ne pouvait éprouver jusqu’à présent qu’en post opératoire", indique à France 24 Philippe Menei.

"Cette première étape offre des perspectives nouvelles dans l’ablation de tumeurs cérébrales difficilement placées", a estimé le CHU d’Angers.

Cette nouvelle possibilité pourrait aussi se révéler particulièrement utile pour la chirurgie infantile : "Pour ne pas les effrayer, on peut imaginer que l’on pourra, au bloc opératoire, immerger les enfants dans une sorte de jeu vidéo, et, pendant qu’on travaille, leur faire faire des tests sans même qu’ils s’en rendent compte, pour avoir une vision précise de l’évolution de l’opération sur le cerveau", s’enthousiasme le chef du service de neurochirurgie du CHU d’Angers.

Autre champ d’exploration : plonger le malade éveillé dans un environnement relaxant. "Nous allons travailler sur le bien-être du patient, tenter de lui procurer davantage de confort pendant l’opération en l’immergeant dans une réalité virtuelle agréable", indique Marc Le Renard.

Neurochirurgie éveillée

La neurochirurgie éveillée n’est quant à elle pas une première et se pratique depuis le début des années 2000 au CHU d’Angers et dans d’autres hôpitaux français, le cerveau étant "le seul organe qui n’est pas sensible à la douleur" précise Philippe Menei.

Cette technique permet l’ablation de tumeurs cérébrales qui seraient considérées comme inopérables sous anesthésie générale. "Avec une électrode, on stimule le cerveau au cours de l’opération et on peut réaliser une cartographie précise de ce qui s’y passe, et préserver ainsi les zones impliquées dans des fonctions essentielles comme la motricité et le langage", détaille le professeur Menei.
 

Première publication : 16/02/2016

  • TECHNOLOGIE

    Réalité virtuelle : Google passe à la vitesse supérieure

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIE

    Disponible en précommande, Oculus Rift lance la guerre des casques de réalité virtuelle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)