Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

Freedom 251, le mystérieux smartphone indien le "moins cher du monde"

© Capture d'écran Freedom251.com | Le Freedom 251 ne sera vendu que sur Internet

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 17/02/2016

Le Freedom 251 ne coûte que 3,29 euros, ce qui en fait le smartphone le moins cher au monde. Mais des doutes subsistent quand à la réalité de cette prouesse technologique indienne.

Un smartphone pour le prix d’un café sur une terrasse parisienne. C’est le pari du Freedom 251, qui a été dévoilé en Inde, au prix de 251 roupies, soit 3,29 euros, mercredi 17 février. Il devient ainsi le smartphone le moins cher au monde.

La prouesse est d’autant plus remarquable que le téléphone - que plusieurs médias indiens ont pu tester - ne souffre pas de la comparaison avec certains concurrents d’entrée de gamme qui coûtent pourtant plus de 1 500 roupies. Il n’est certes pas compatible avec la 4G, mais propose un appareil photo aux spécificités techniques plus qu’acceptables, une version récente d’Android (le système d’exploitation de Google) et une puissance générale qui semble être dans la moyenne des smartphones les plus abordables.

Freedom 251 vs Facebook

Mais le prix n’est pas le seul argument de vente de Ringing Bells, le constructeur à l’origine du Freedom 251. Ce téléphone serait aussi la vitrine technologique du “make in India”, cher au Premier ministre Narendra Modi. Ce programme gouvernemental, lancé en 2014, vise à promouvoir la production nationale et la mise en avant du savoir-faire indien. Le groupe assure que le téléphone est entièrement assemblé en Inde et se vante d’un “soutien des autorités” sur son site Internet.

La raison d’être du smartphone est aussi en adéquation avec la priorité du gouvernement de rendre la technologie accessible à tous. Son prix est ainsi moins élevé que le salaire minimum journalier (350 roupies) et les responsables de Ringing Bells ont souligné que le Freedom 251 était destiné avant tout à “ceux qui n’ont pas les moyens de se connecter à Internet”.

Un slogan qui sonne, en outre, comme une réponse directe à la récente tentative malencontreuse du PDG de Facebook Mark Zuckerberg de lancer FreeBasics en Inde. Ce service, qui donnait accès gratuitement à certaines sites comme Facebook ou la météo, avait été jugé comme une tentative par le géant américain d’imposer aux plus démunis sa vision d’Internet. Les autorités indiennes ont mis un terme à cette initiative le 8 février.

Le Freedom 251 semble donc avoir tout bon : un prix imbattable pour un produit fabriqué en Inde et qui est censé démocratiser l’accès à Internet.

Une entreprise qui n’existe que depuis 5 mois

Mais pour certains, l’offre est trop belle pour être honnête. Il serait en effet impossible de construire à grande échelle des téléphones aussi peu chers. Il faut notamment compter au minimum 35 dollars rien que pour installer en Chine un écran tactile sur un smartphone de la taille du Freedom 251, rappelle ainsi le site spécialisé en technologies Livemint.

Ringing Bells a-t-il les reins financiers suffisamment solides pour vendre ainsi à perte son smartphone ? Difficile à croire. L’entreprise n’existe, en fait, que depuis septembre 2015. L’équipe dirigeante semble, en outre, manquer d’expérience dans le domaine des télécoms. L’un de ses responsables, Mohit Kumar Goel, vient ainsi d’une famille qui a fait fortune dans les produits agricoles.

La chaîne de télévision de New Dehli NDTV a aussi noté que le Freedom 251 a d’étonnantes ressemblances avec un autre téléphone indien d’entrée de gamme, l’Adcom Ikon 4, qui était vendu il y a deux ans. Les similitudes sont telles que les médias indiens se demandent si ce nouveau téléphone n’est pas une version modifiée de cet ancien modèle. Les responsables de Ringing Bells n’ont pas souhaité répondre à ces allégations.

Les Indiens craignent, en fait, que le Freedom 251 ne soit qu’une nouvelle débâcle similaire à celle de la tablette Aakash. En 2010, le gouvernement indien avait annoncé le lancement d’une tablette à bas prix (35 dollars) pour les plus défavorisés et les étudiants. Mais l’entreprise qui était censé la fabriqué n’a jamais réussi à satisfaire la demande et le programme Aakash est entré dans l’histoire comme un échec du flagrant “make in India”.

Reste maintenant à savoir si Ringing Bells va faire mieux. Les Indiens peuvent commander le Freedom 251 à partir du jeudi 18 février au matin. Le fabricant assure que tous les smartphones achetés seront livrés avant fin juin 2016.

Première publication : 17/02/2016

  • TÉLÉPHONIE

    Blackberry utilise Android pour tenter de se relancer grâce au smartphone Priv

    En savoir plus

  • CHINE

    L’App Store d’Apple infiltré par un virus “made in China”

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    En Côte d’Ivoire, la tablette Qelasy veut révolutionner l’éducation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)