Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

#ActuElles

Oui cheffe ! La gastronomie se féminise

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : en Haïti, après l'ouragan, le chaos

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Françoise Hardy, la miraculée

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : plusieurs dizaines de camions d'aide humanitaire arrivent dans des villes assiégées

© Louai Beshara, AFP | Un convoi du Croissant-Rouge quitte Damas, le 17 février, pour apporter de l'aide aux villes assiégées.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/02/2016

Plusieurs dizaines de camions d'aide humanitaire ont pénétré mercredi dans des villes et localités assiégées en Syrie. Mais à quelques jours d'une "cessation des hostilités", les combats ne connaissent aucun répit.

Plusieurs dizaines de camions d'aide humanitaire ont pénétré mercredi 17 février dans des villes et localités assiégées en Syrie, une première assistance depuis l'accord de Munich sur un accès immédiat aux civils en détresse, alors que la Turquie plaide pour une intervention militaire terrestre avec ses alliés, rendant encore un peu plus improbable une trêve censée entrer en vigueur cette semaine.

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, en visite à Damas, a obtenu du régime syrien l'autorisation d'envoyer des convois humanitaires vers plusieurs villes où les populations vivent dans des conditions dramatiques.

Un total de 486 700 personnes se trouvent dans des zones assiégées et 4,6 millions dans des zones difficiles d'accès, selon l'Office des Nations unies pour l'aide humanitaire (Ocha).

"Nous sommes en passe de terminer le processus"

"Le convoi a commencé à entrer dans Mouadamiyat al-Cham. Il s'agit de 35 camions transportant 8 800 sacs de farine, 4 400 rations de nourriture, des aliments énergétiques et différents médicaments ainsi que du matériel obstétrical", a affirmé à l'AFP un responsable du Croissant-Rouge, Mouhanad al-Assadi, présent sur place.

"Aujourd'hui, des aides pour 30 000 personnes viennent d'entrer à Moudamiyat al-Cham. Des aides suffisantes pour un mois vont aussi parvenir à 42 000 personnes à Madaya (et ses environs) et près de 1 000 à Zabadani", à la frontière libanaise, a indiqué Yacoub el-Hillo, coordinateur humanitaire de l'ONU.

"Simultanément, des aides suffisantes pour 20 000 personnes sont livrées à Foua et Kafraya", localités chiites assiégées par les rebelles dans le nord-ouest, a-t-il ajouté.

Un convoi de trois camions est ainsi entré à Madaya, a constaté une journaliste de l'AFP. Un premier camion est entré à Foua et Kafraya. "Des dizaines de camions suivront" pour les trois villes, a confié Yacoub el-Hillo à l'AFP, ajoutant : "Nous sommes en passe de terminer le processus".

>> À voir sur France 24 : "Le risque d'escalade internationale est-il sérieux ?"

Selon une porte-parole de l'Office des Nations unies pour l'aide humanitaire (OCHA), sept zones assiégées, par le régime où des rebelles, devraient être ravitaillées dans les prochains jours.

Alors que la situation humanitaire empire, les combats ne connaissent aucun répit. Mardi soir, au moins quinze civils ont été tués dans des frappes de la coalition internationale conduite par les États-Unis contre une ville du nord-est de la Syrie contrôlée par l'EI, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

La Syrie accuse MSF de travailler pour les services de renseignement français

La France, la Grande-Bretagne mais aussi, entre autres, les Pays-Bas et la Turquie font partie de cette coalition réunie pour lutter contre l'EI au moyen de bombardements aériens. Mais la Turquie souhaite aller plus loin et demande une opération terrestre.

Lundi, l'OSDH a fait état de bombardements "probablement russes" visant des écoles et des hôpitaux dans le nord du pays et qui ont fait selon l'ONU près de 50 morts civils dont des enfants. Le Kremlin, qui a "démenti catégoriquement" les accusations de bombardements sur des hôpitaux, a dénoncé les "actions agressives" de la Turquie en Syrie.

Selon un dernier bilan, le raid contre un hôpital soutenu par Médecins sans Frontières (MSF) à Maaret al-Noomane, à 280 km au nord de Damas, a fait onze victimes, dont cinq patients parmi lesquels un enfant. S'exprimant à l'issue de consultations au Conseil de sécurité sur la situation en Syrie, l'ambassadeur syrien à l'ONU, Bachar Jaafari, s'en est pris à MSF, accusant l'ONG française de travailler pour les services de renseignement français.

Avec AFP

Première publication : 17/02/2016

  • TURQUIE

    La Turquie veut lancer une opération au sol en Syrie avec ses alliés

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les Kurdes avancent en Syrie, escalade verbale entre la Turquie et la Russie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : des missiles tirés sur des hôpitaux et des écoles font 50 morts dans le nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)