Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La RDC fête son indépendance mais toujours pas de calendrier pour les élections

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à l'aéroport d'Istanbul : 41 victimes, la Turquie pointe du doigt le groupe EI

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La sixième extinction : comment sauver les espèces ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Salia Sanou chorégraphie son désir d'horizons

En savoir plus

TECH 24

Viva Tech : Paris se rêve en capitale de l'innovation

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La Camargue dans le sillage de ses gardiens

En savoir plus

FOCUS

À Taïwan, la démocratie se conjugue au féminin

En savoir plus

MODE

Les collections masculines 2017 tentent d’égayer un monde traumatisé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boris Johnson "exécuté par le Brexit"

En savoir plus

EUROPE

L'UE tente d'arracher un accord pour éviter le "Brexit"

© Pool/Getty Images Europe/Getty Images/AFP | Le Premier ministre britannique David Cameron et le président du Conseil européen Donald Tusk, le 17 février.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/02/2016

Les 28 dirigeants de l'UE jouent le tout pour le tout ce jeudi, à Bruxelles, afin d'éviter la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Le bloc des Vingt-Huit devra aborder dans le même temps la délicate question de la crise migratoire.

Tout faire pour garder le Royaume-Uni dans l'Union européenne (UE). C'est plus ou moins le mot d'ordre des 28 dirigeants de l'UE pour le sommet de Bruxelles, jeudi 18 février. Pour l'heure, les négociations semblent mal engagées.

>> À voir sur France 24 : Le spectre du 'Brexit'

"Après mes consultations ces dernières heures, je dois l'avouer franchement : Il n'y a toujours pas de garantie que nous parvenions à un accord", a lâché, pessimiste, Donald Tusk, le président du Conseil européen, mercredi. "Nous avons des divergences sur certains points politiques et je suis parfaitement conscient qu'il sera difficile de les surmonter", a-t-il écrit dans sa lettre d'invitation aux chefs d'État et de gouvernement, adjurant ces derniers de "rester constructifs".

>> À lire sur France 24 : Paris ne veut pas d’un traitement de faveur pour la City

Les négociations se concentraient ces derniers jours sur les problèmes de gouvernance économique - les rapports entre la zone euro et les pays qui n'en font pas partie - et la réglementation financière afin que les institutions financières britanniques ne bénéficient pas d'un avantage sur leurs concurrentes.

L'Allemagne, isolée sur la crise des réfugiés

Autre dossier sensible : Londres souhaite restreindre les prestations sociales aux ressortissants européens travaillant au Royaume-Uni. Hors de question, rétorque l'UE. La mesure est jugée "discriminatoire" au regard du principe "fondateur" de l'UE de libre circulation, arguent les 28.

>> À voir sur France 24 : Les Britanniques vont-ils filer à l’anglaise ?

La réunion s'ouvre à 16 heures (GMT) pour s'achever en principe vendredi. Mais l'échéance sera-t-elle suffisante ? Car le "Brexit" n'est pas la seule pomme de discorde au menu des 28. Les chefs de l'UE aborderont aussi la question des réfugiés au dîner : un dossier qui est loin de faire consensus.

Si David Cameron peut espérer obtenir "le meilleur accord possible" afin de gagner le référendum sur le maintien dans l'UE qu'il a promis aux Britanniques, sans doute dès juin, Angela Merkel arrive à Bruxelles, elle, affaiblie, de plus en plus isolée au sein de l'Union face à la crise des réfugiés.

La chancelière comptait discuter des réfugiés à Bruxelles avec l'Autriche et un groupe de pays "volontaires" de l'UE, en présence du Premier ministre turc Ahmet Davutoglu mais ce dernier a annulé sa visite après l'attentat sanglant survenu mercredi à Ankara.

Avec AFP

Première publication : 18/02/2016

  • UNION EUROPÉENNE

    "Brexit" : Paris ne veut pas d’un traitement de faveur pour la City

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    "Brexit" : des désaccords fondamentaux persistent entre Paris et Londres

    En savoir plus

  • Union européenne

    Brexit : les lignes rouges de Paris agacent Londres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)