Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Economie

Le prix du super 95 augmente de 6 000 % au Venezuela

© Juan Barreto, AFP | Le prix du super 95 passe de 0.097 bolivars à 6 bolivars.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/02/2016

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a annoncé, jeudi, la plus forte augmentation des prix de l'essence depuis une vingtaine d'années. Une mesure très sensible dans ce pays pétrolier où le carburant est le moins cher du monde.

La crise plus forte qu'une règle vieille de 20 ans. Le Venezuela a annoncé, jeudi 17 février, une hausse spectaculaire du prix de l'essence à la pompe. Une première depuis le milieu des années 90. Une augmentation de 1 329 % pour l'essence "normale" et de 6 086 % pour le super 95 qui s'appliquera à partir du 19 février.

Malgré cette envolée des prix, le Venezuela demeure le pays où le carburant est le moins cher au monde. Le litre d'essence super coûte désormais 0,54 euros (6 bolivar) contre 0,008 euros (0,097 bolivar) auparavant.

Le souvenir du "Caracazo"

Reste que décider d'une telle hausse n'est pas sans risque pour le gouvernement. Les émeutes les plus violentes que le pays a connues, le "Caracazo" de 1989, avaient pour origine une augmentation des prix à la pompe.

Conscient de s'attaquer à un tabou, le président, Nicolas Maduro, a longuement justifié cette décision durant un discours de près de cinq heures consacré aux réformes pour faire face à la crise économique qui frappe le pays. Il a assuré que cette augmentation permettrait de financer des nouveaux programmes sociaux en matière de logements, de santé et d'éducation.

Mais le chef d'État n'avait que peu de marge de manœuvre, à l'heure où l'économie vénézuélienne semble de plus en plus grippée. Le PIB devrait, en effet, baisser de 8 % en 2016 d'après le FMI et l'inflation sur un an frôle les 140 %. L'État a besoin d'augmenter les rentrées d'argent pour contrebalancer la baisse des recettes fiscales due à la récession.

Première publication : 18/02/2016

  • ÉNERGIE

    Pétrole iranien : "La baisse des prix est très inquiétante sur le long terme"

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Venezuela : face à une "tempête économique", Nicolas Maduro décrète "l'état d’urgence"

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Quand un marchand de glaces refroidit le gouvernement vénézuélien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)