Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#PrayForIstanbul: le spectre de Daech

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

2.500 hommes supplémentaires et un mandat plus robuste pour la Minusma au Mali

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

Sports

Vidéo : "Revenge Porn", Samuel Eto'o fait interdire le livre de son ex-petite amie

© Marco Bertorello, AFP | Samuel Eto'o lors d'un match de la Sampdoria contre la Lazio Rome, le 16 mai 2015.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/02/2016

Nathalie Koah, ex-petite amie du footballeur Samuel Eto'o, "dévoile" la face cachée de la star camerounaise dans un livre intitulé "Revenge Porn". Mais, suite à une plainte de l'attaquant, la parution prévue jeudi en France est interdite.

"Revenge Porn", le témoignage d’une ex-petite amie du footballeur Samuel Eto’o, devait sortir ce jeudi 18 février dans les librairies françaises. Il a finalement été interdit de parution à la suite d'une plainte de l'ancien capitaine des Lions indomptables.

Dans cet ouvrage, Nathalie Koah, originaire de Yaoundé, raconte la face cachée de la star camerounaise du ballon rond, actuellement attaquant du club turc de Antalyaspor. Elle le décrit comme un libertin, sans morale et sans scrupules, responsable, selon la jeune femme, de la publication de photos d'elle nue sur Internet en juin 2014.

Alors que sa maison d’édition "Les Éditions du moment" a fait appel de l'interdiction de parution, l’auteure se dit profondément blessée par cette décision. Comme elle l’explique sur France 24, elle a surtout voulu raconter sa vérité et alerter celles qui pourraient subir le même sort. "Je voulais sensibiliser mes jeunes sœurs qui sont un peu dans ce rêve de vie de strass et de paillettes et qui n’imposent pas de limite à leur conscience", résume-t-elle dans cet entretien exclusif. "Il est peut-être temps qu’on dise la vérité. Ce n’est peut-être pas aussi rose que ce vous pensez. Je l’ai vécu comme une prison dorée".

La justice doit statuer sur l'appel mardi 23 février.
 

Première publication : 18/02/2016

COMMENTAIRE(S)