Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

Afrique

Raid américain contre des jihadistes de l'EI en Libye

© France 24 | Un avion de combat F-16 de l'armée américaine.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/02/2016

Selon un responsable américain, les États-Unis ont frappé des membres présumés de l'EI, vendredi, près de Tripoli, en Libye. Lors de ce raid aérien, plus de 40 jihadistes ont été tués.

Plus de 40 personnes ont été tuées, vendredi 19 février, dans un raid mené par un avion américain contre des membres présumés de l'organisation État islamique (EI) réunis dans un bâtiment près de la capitale libyenne Tripoli, selon un responsable militaire américain.

C'est la deuxième fois en trois mois que Washington mène des frappes ciblées contre l'EI en Libye. Le 13 novembre dernier, un raid emmené par des F-15 avait tué l'Irakien Abou Nabil, présenté alors par les Américains comme "le plus haut responsable de l'EI en Libye".

">> À lire sur France 24 : "La coalition anti-EI inquiète pour la Libye"

Le raid de vendredi "a fait 41 morts et toutes les victimes se trouvaient à l'intérieur de la maison", a affirmé un responsable de la municipalité de la ville, Hussein al-Dawadi, faisant également mention de six blessés. "La grande majorité des morts étaient des Tunisiens, vraisemblablement des membres de l'EI".

"La frappe a été très précise, touchant seulement la maison", a souligné de son côté un responsable du gouvernement parallèle installé à Tripoli. Une réunion de membres présumés de l'EI se tenait probablement dans ce bâtiment de deux étages au moment du raid, a dit un membre du conseil militaire de Sabrata qui a requis l'anonymat.

Le Pentagone affirme que l'attaque visait un cadre opérationnel de l'EI, EI Noureddine Chouchane. Ce Tunisien est soupçonné d'être derrière les deux attentats ayant meurtri la Tunisie l'an dernier : l'un dans le musée du Bardo à Tunis en mars (22 morts) et l'autre dans un hôtel près de Sousse en juillet (38 morts). Washington ignore pour l'heure si ce responsable a été touché dans l'assaut aérien.

Le ministère de la défense britannique Michael Fallon a indiqué que les États-Unis avaient mené cette frappe depuis une base de la Royal Air Force, RAF Lakenheath.
"J’ai personnellement autorisé les États-Unis à utiliser nos bases", a-t-il déclaré. 

Premier raid à Sabrata

C'est la première fois qu'un tel raid aérien vise la ville de Sabrata contrôlée par la coalition des milices de Fajr Libya qui s'est emparée en août 2014 de Tripoli et de plusieurs autres régions, poussant les autorités reconnues internationalement à s'exiler dans l'Est.

Les autorités tunisiennes avaient affirmé que les jihadistes auteurs de plusieurs attaques en Tunisie, pays voisin de la Libye, s'étaient entraînés dans des camps à Sabrata.

L'EI s'est implanté en Libye en profitant du chaos dans lequel est plongé le pays depuis qu'une révolte a chassé du pouvoir en 2011 le dictateur Mouammar Kadhafi.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 19/02/2016

  • LIBYE

    Un gouvernement d'union de nouveau présenté au Parlement libyen

    En savoir plus

  • LIBYE

    La coalition anti-EI inquiète pour la Libye

    En savoir plus

  • LIBYE

    L’EI revendique l’attentat de Zliten, l’UE mobilisée pour un plan de paix en Libye

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)