Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Afrique

Manuel Valls salue "la réconciliation en marche" au Mali

© Miguel Medina, AFP | Manuel Valls a rencontré le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, jeudi 18 février 2016, à Bamako.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/02/2016

En visite au Mali avec son ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, le Premier ministre français Manuel Valls a salué jeudi soir "la réconciliation en marche" dans ce pays où la France intervient militairement depuis 2013.

"Aujourd'hui la réconciliation est en marche", s'est félicité le Premier ministre français Manuel Valls, jeudi 18 février, à Bamako, en référence à l'accord de paix au Mali signé en mai-juin 2015 par le camp gouvernemental et l'ex-rébellion à dominante touareg.

"La France continue à se porter garante de cet accord", a-t-il souligné lors d'une rencontre avec la communauté française, après un premier entretien avec le président malien Ibrahim Boubacar Keïta.

>> À voir sur France 24 : Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

Arrivé dans la soirée accompagné de son ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, Manuel Valls a également qualifié jeudi soir la lutte contre le jihadisme de "combat contre la barbarie", assurant que son pays se portait garant de l'accord de paix au Mali, où il intervient militairement depuis 2013, d’abord dans le cadre de l’opération Serval et depuis août 2014 avec l’opération Barkhane.

"Barkhane est un succès reconnu partout dans le monde", s'est félicité le Premier ministre français, en référence au dispositif de lutte contre les jihadistes dont le rayon d'action s'étend à l'ensemble sahélo-saharien. "Malgré les épreuves et les dangers, vous êtes restés et d'autres vous ont rejoints", a-t-il également dit à l'intention de la communauté française.

Valls attendu à Gao puis au Burkina Faso

La visite de Manuel Valls au Mali se poursuivra vendredi, avec notamment un déplacement à Gao, plus grande ville du Nord, où se trouve la base de Barkhane dans le pays, puis il se rendra samedi au Burkina Faso, où il rencontrera le nouveau président, Roch Marc Christian Kaboré.

Les capitales de ces deux pays voisins, Bamako et Ouagadougou, ont été frappées par des attentats jihadistes, respectivement le 20 novembre (20 morts, outre les deux assaillants) et le 15 janvier (30 morts)

>> À lire sur France 24 : Le Drian déclassifie 100 documents sur l'assassinat des journalistes de RFI à Kidal

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda après la déroute de l'armée face à la rébellion, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée. Ces groupes jihadistes ont été dispersés et en grande partie chassés du Nord à la suite du lancement en janvier 2013 d'une intervention militaire internationale qui se poursuit.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature de l'accord de paix censé isoler définitivement les jihadistes.

Avec AFP

Première publication : 19/02/2016

  • MALI

    Le Drian déclassifie 100 documents sur l’assassinat des journalistes de RFI à Kidal

    En savoir plus

  • MALI

    Attaques meurtrières contre l'ONU et l’armée au Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Tombouctou célèbre la reconstruction de ses mausolées, détruits par les jihadistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)