Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Retour dans les pays qui ont marqué l’actualité, les villes traumatisées par la guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel. Le dimanche à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

BILLET RETOUR

BILLET RETOUR

Dernière modification : 19/02/2016

Mexique : Ciudad Juarez, la ville des absentes

Ciudad Juarez a longtemps été considérée comme la ville la plus dangereuse au monde. Guerre entre cartels, trafics de drogue, violence... et féminicides. Ces dernières décennies, des milliers de femmes ont été assassinées. Le corps de certaines a été retrouvé mutilé, enfoui dans le désert. Des crimes jusqu’à présent non élucidés. Nos reporters sont retournés dans cette ville mexicaine, à la rencontre des mères des disparues, qui se battent pour obtenir justice.

À Ciudad Juarez, dans le nord du Mexique, il y a les mères qui cherchent et celles qui vivent leur deuil. Selon les autorités, près de 1 500 femmes ont été assassinées dans la ville depuis le milieu des années 1990. Mais Paula (photo), la mère de Sagrario, assassinée en 1998, est convaincue qu'il y en a eu beaucoup plus. Car quand le phénomène est apparu, vers 1993-1994, les familles, qui avaient souvent peur de dénoncer, quittaient la ville sans demander leur reste... Nombre d'entre elles étaient venues dans cette ville frontalière des États-Unis pour chercher du travail dans les maquiladoras, ces usines où les entreprises, pour la plupart américaines, délocalisaient la fabrication de leurs produits.

Aujourd’hui, cette vague de féminicides n'a plus, dans les médias, la place qu'elle occupait à la fin des années 1990, lorsque les mères de victimes s'étaient rassemblées pour la première fois et avaient commencé à planter des croix de bois rose dans toute la ville, en mémoire de leurs filles. Elles réclamaient une justice que, pour la plupart, elles n'ont jamais obtenue. Pourtant, le problème est loin d'être résolu : depuis le début de l'année, les autorités reconnaissent que huit jeunes filles de plus ont disparu...

Devant la Fiscalía para los Delitos de Género, l'institution judicaire créée spécialement pour enquêter sur les crimes et délits liés au genre de la victime (assassinats de femmes, viols, violences conjugales, attaques contre les homosexuels ou transsexuels), une femme installe une petite table. Elle a amené un gâteau, quelques fourchettes et assiettes en plastique, et convié quelques amis – des proches, des militants des droits de l'Homme et des mères qui ont vécu le même drame qu'elle. Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de sa fille, l'une des jeunes filles disparues de Ciudad Juarez. Cette scène est devenue presque banale devant les grilles de la Fiscalía, où sont accrochées de grandes toiles cirées imprimées des visages des jeunes filles encore recherchées.

Le mystère des disparues de Ciudad Juarez n'a jamais été résolu. Les théories se multiplient, les enquêtes se succèdent , mais le mystère reste entier. Ceux qui ont été arrêtés clament leur innocence... Et les commanditaires restent dans la nature.

Dans cette ville où les bars et "table-dance" attirent les Américains en quête de services sexuels moins contrôlés, où les criminels mexicains passent facilement la frontière des États-Unis pour échapper à la justice locale, où il est désormais avéré que les gros bonnets des réseaux de prostitution ont bénéficié de la complicité de la police locale, les jeunes filles continuent de disparaître, une à une, en silence.

Par Laurence CUVILLIER , Matthieu COMIN

Les archives

09/09/2016 Mali

Vidéo : Tombouctou, la "perle du désert" ternie par les fous de Dieu

Depuis sa libération par les forces françaises début 2013 des griffes des jihadistes, Tombouctou, la "Cité aux 333 saints", lutte toujours contre l’insécurité et le terrorisme....

En savoir plus

02/09/2016 Guatemala

Guatemala : les familles des disparus de la guerre civile luttent contre l'oubli

"Où sont-ils?" Telle est la question scandée tous les 21 juin au Guatemala, lors de la Journée nationale des disparitions forcées. Pendant la guerre civile (1960-1996), 45 000...

En savoir plus

15/07/2016 Chine

Cinquante ans après la Révolution culturelle en Chine

"La Grande révolution culturelle prolétarienne" avait débuté le 16 mai 1966 avec une déclaration officielle, ouvrant la voie à une décennie qui allait bouleverser de façon...

En savoir plus

23/06/2016 Ouganda

Dix ans après le départ de la LRA, les Ougandais toujours traumatisés

Pendant 20 ans, jusqu'en 2006, le nord de l’Ouganda a vécu au rythme d'exactions commises par l’Armée de résistance du Seigneur. Là-bas, plus de 100 000 personnes ont été...

En savoir plus

09/06/2016 Liban

Vidéo : à Sabra et Chatila, l'école pour sortir des camps

Notre reporter Antoine Laurent est retourné dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila, près de Beyrouth. Entre le 16 et le 18 septembre 1982, l'un des pires...

En savoir plus