Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen et Emmanuel Macron présents à l'hommage au policier Xavier Jugelé

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Emmanuel Macron est soutenu par les marchés financiers"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Il y aura une nouvelle Europe, un nouveau traité"

En savoir plus

FOCUS

À la "Frontière Sud" du Mexique, où commence vraiment le mur contre les migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Reda Kateb, un Django Reinhardt qui nous parle d'aujourd'hui

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Travaillez, M. Macron"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La majorité des Français n'a pas de candidat au second tour"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : le correspondant de RFI, Ahmed Abba, condamné à 10 ans de prison

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen et Emmanuel Macron sont qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle

En savoir plus

BILLET RETOUR

Retour dans les pays qui ont marqué l’actualité, les villes traumatisées par la guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel. Le dimanche à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 19/02/2016

Mexique : Ciudad Juarez, la ville des absentes

Ciudad Juarez a longtemps été considérée comme la ville la plus dangereuse au monde. Guerre entre cartels, trafics de drogue, violence... et féminicides. Ces dernières décennies, des milliers de femmes ont été assassinées. Le corps de certaines a été retrouvé mutilé, enfoui dans le désert. Des crimes jusqu’à présent non élucidés. Nos reporters sont retournés dans cette ville mexicaine, à la rencontre des mères des disparues, qui se battent pour obtenir justice.

À Ciudad Juarez, dans le nord du Mexique, il y a les mères qui cherchent et celles qui vivent leur deuil. Selon les autorités, près de 1 500 femmes ont été assassinées dans la ville depuis le milieu des années 1990. Mais Paula (photo), la mère de Sagrario, assassinée en 1998, est convaincue qu'il y en a eu beaucoup plus. Car quand le phénomène est apparu, vers 1993-1994, les familles, qui avaient souvent peur de dénoncer, quittaient la ville sans demander leur reste... Nombre d'entre elles étaient venues dans cette ville frontalière des États-Unis pour chercher du travail dans les maquiladoras, ces usines où les entreprises, pour la plupart américaines, délocalisaient la fabrication de leurs produits.

Aujourd’hui, cette vague de féminicides n'a plus, dans les médias, la place qu'elle occupait à la fin des années 1990, lorsque les mères de victimes s'étaient rassemblées pour la première fois et avaient commencé à planter des croix de bois rose dans toute la ville, en mémoire de leurs filles. Elles réclamaient une justice que, pour la plupart, elles n'ont jamais obtenue. Pourtant, le problème est loin d'être résolu : depuis le début de l'année, les autorités reconnaissent que huit jeunes filles de plus ont disparu...

Devant la Fiscalía para los Delitos de Género, l'institution judicaire créée spécialement pour enquêter sur les crimes et délits liés au genre de la victime (assassinats de femmes, viols, violences conjugales, attaques contre les homosexuels ou transsexuels), une femme installe une petite table. Elle a amené un gâteau, quelques fourchettes et assiettes en plastique, et convié quelques amis – des proches, des militants des droits de l'Homme et des mères qui ont vécu le même drame qu'elle. Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de sa fille, l'une des jeunes filles disparues de Ciudad Juarez. Cette scène est devenue presque banale devant les grilles de la Fiscalía, où sont accrochées de grandes toiles cirées imprimées des visages des jeunes filles encore recherchées.

Le mystère des disparues de Ciudad Juarez n'a jamais été résolu. Les théories se multiplient, les enquêtes se succèdent , mais le mystère reste entier. Ceux qui ont été arrêtés clament leur innocence... Et les commanditaires restent dans la nature.

Dans cette ville où les bars et "table-dance" attirent les Américains en quête de services sexuels moins contrôlés, où les criminels mexicains passent facilement la frontière des États-Unis pour échapper à la justice locale, où il est désormais avéré que les gros bonnets des réseaux de prostitution ont bénéficié de la complicité de la police locale, les jeunes filles continuent de disparaître, une à une, en silence.

Par Laurence CUVILLIER , Matthieu COMIN

Les archives

07/04/2017 Afrique

En terres d'Ebola, la vie après l'épidémie

Quelque 11 000 morts, 28 000 personnes infectées - l'épidémie d'Ebola qui a frappé l'Afrique de l'Ouest il y a trois ans, a choqué et effrayé la planète entière. Partie de Guinée...

En savoir plus

23/03/2017 Amériques

Équateur : la ruée vers l'or noir menace les trésors du parc naturel Yasuní

Dans l'est de l'Équateur, le parc Yasuní forme un écosystème unique au monde. Des milliers d'espèces animales et végétales sont concentrées dans cette partie de la forêt...

En savoir plus

09/03/2017 Afrique

À Sainte-Hélène, Napoléon attend ses fans depuis deux siècles

Notre reporter est retournée sur l’île de Sainte-Hélène, au milieu de l'Atlantique Sud, où Napoléon a été envoyé en exil par les Anglais en 1815. Deux siècles plus tard, ce petit...

En savoir plus

23/02/2017 Asie - pacifique

Vidéo : Hong Kong, entre crise politique et recherche identitaire

Le 1er juillet 1997, après plus d'un siècle de domination britannique, Hong Kong est rétrocédée à la Chine et devient une Région administrative spéciale de la République...

En savoir plus

09/02/2017 Asie - pacifique

Pakistan : peu à peu, la vallée de Swat retrouve sa splendeur d'antan

Nos reporters sont retournés dans la vallée de Swat, au Pakistan, où les Taliban ont imposé leur loi avant d'être chassés par l'armée en 2009. Depuis près d'un an, la "Suisse du...

En savoir plus