Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brexit et météo : le froid s'installe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Un effet Trump" sur l'emploi américain ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brexit rime avec "Frexit"

En savoir plus

LE DÉBAT

Royaume-Uni - UE : un Brexit radical ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Macron ne dit rien sur l'écologie"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Je veux une écologie constructive"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Larry Clark, rencontre avec l’enfant terrible du cinéma américain

En savoir plus

BILLET RETOUR

Retour dans les pays qui ont marqué l’actualité, les villes traumatisées par la guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel. Le dimanche à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 19/02/2016

Mexique : Ciudad Juarez, la ville des absentes

Ciudad Juarez a longtemps été considérée comme la ville la plus dangereuse au monde. Guerre entre cartels, trafics de drogue, violence... et féminicides. Ces dernières décennies, des milliers de femmes ont été assassinées. Le corps de certaines a été retrouvé mutilé, enfoui dans le désert. Des crimes jusqu’à présent non élucidés. Nos reporters sont retournés dans cette ville mexicaine, à la rencontre des mères des disparues, qui se battent pour obtenir justice.

À Ciudad Juarez, dans le nord du Mexique, il y a les mères qui cherchent et celles qui vivent leur deuil. Selon les autorités, près de 1 500 femmes ont été assassinées dans la ville depuis le milieu des années 1990. Mais Paula (photo), la mère de Sagrario, assassinée en 1998, est convaincue qu'il y en a eu beaucoup plus. Car quand le phénomène est apparu, vers 1993-1994, les familles, qui avaient souvent peur de dénoncer, quittaient la ville sans demander leur reste... Nombre d'entre elles étaient venues dans cette ville frontalière des États-Unis pour chercher du travail dans les maquiladoras, ces usines où les entreprises, pour la plupart américaines, délocalisaient la fabrication de leurs produits.

Aujourd’hui, cette vague de féminicides n'a plus, dans les médias, la place qu'elle occupait à la fin des années 1990, lorsque les mères de victimes s'étaient rassemblées pour la première fois et avaient commencé à planter des croix de bois rose dans toute la ville, en mémoire de leurs filles. Elles réclamaient une justice que, pour la plupart, elles n'ont jamais obtenue. Pourtant, le problème est loin d'être résolu : depuis le début de l'année, les autorités reconnaissent que huit jeunes filles de plus ont disparu...

Devant la Fiscalía para los Delitos de Género, l'institution judicaire créée spécialement pour enquêter sur les crimes et délits liés au genre de la victime (assassinats de femmes, viols, violences conjugales, attaques contre les homosexuels ou transsexuels), une femme installe une petite table. Elle a amené un gâteau, quelques fourchettes et assiettes en plastique, et convié quelques amis – des proches, des militants des droits de l'Homme et des mères qui ont vécu le même drame qu'elle. Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de sa fille, l'une des jeunes filles disparues de Ciudad Juarez. Cette scène est devenue presque banale devant les grilles de la Fiscalía, où sont accrochées de grandes toiles cirées imprimées des visages des jeunes filles encore recherchées.

Le mystère des disparues de Ciudad Juarez n'a jamais été résolu. Les théories se multiplient, les enquêtes se succèdent , mais le mystère reste entier. Ceux qui ont été arrêtés clament leur innocence... Et les commanditaires restent dans la nature.

Dans cette ville où les bars et "table-dance" attirent les Américains en quête de services sexuels moins contrôlés, où les criminels mexicains passent facilement la frontière des États-Unis pour échapper à la justice locale, où il est désormais avéré que les gros bonnets des réseaux de prostitution ont bénéficié de la complicité de la police locale, les jeunes filles continuent de disparaître, une à une, en silence.

Par Laurence CUVILLIER , Matthieu COMIN

Les archives

05/01/2017 Afrique

Soudan du Sud : la peur des massacres au quotidien

Cinq ans après son indépendance, le Soudan du Sud est en proie à la guerre civile. Depuis 2013, l'armée du gouvernement et les troupes rebelles s'affrontent. Plusieurs dizaines...

En savoir plus

16/12/2016 Afrique

RDC : Goma la volcanique, entre résignation et révolte

Près de quinze ans après la grande éruption du volcan Nyiragongo et quatre ans après l’offensive de la rébellion du M23, Goma continue de panser ses plaies. Entre résilience et...

En savoir plus

18/11/2016 Iran

Iran : après le séisme, Bam veut redevenir le joyau touristique d'antan

Nous vous proposons un reportage rare et exclusif. Treize ans après le séisme meurtrier à Bam, dans le sud en Iran, France 24 est retourné sur place pour filmer le retour à la...

En savoir plus

03/11/2016 Italie

Italie : à L’Aquila, la double peine du séisme et de la corruption

Alors que la péninsule italienne est secouée par ses séismes à répétition depuis quelques semaines, France 24 est retourné dans la ville de L'Aquila, meurtrie par un puissant...

En savoir plus

27/10/2016 États-Unis

À Chicago, la population se mobilise pour en finir avec la violence

Alors que le deuxième et dernier mandat de Barack Obama touche à sa fin, notre reporter est retourné à Chicago, fief du premier président noir des États-Unis. Dans cette ville...

En savoir plus