Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Amériques

Référendum constitutionnel en Bolivie, pour ou contre un quatrième mandat d'Evo Morales

© Evaristo Sa/ AFP | Evo Morales demande à amender la Constitution afin de pouvoir se représenter à la présidentielle de 2019.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/02/2016

Les Boliviens sont appelés dimanche 21 aux urnes pour un référendum constitutionnel qui décidera si le président socialiste Evo Morales peut exercer un quatrième mandat jusqu'en 2025.

Son image est écornée par des scandales de corruption, mais le président bolivien Evo Morales, premier président amérindien de Bolivie, compte sur ses succès en matière de réduction de la pauvreté pour obtenir le soutien des Boliviens. Ceux-ci sont appelés aux urnes dimanche 21 février pour un référendum constitutionnel qui décidera si le président socialiste pourra briguer un quatrième mandat pour la période 2019-2025.

Le résultat est très incertain, car la cote de popularité toujours forte du chef de l'État est érodée par l'usure du pouvoir et la baisse des cours de l'énergie.

Evo Morales a été réélu largement en 2014 avec 61 % des voix.

"Moi aussi je veux savoir si le peuple m'aime ou pas, c'est ce qu'il y a de plus démocratique", répètait dernièrement cet ancien berger de lamas, né dans la misère de l'Altiplano, pour expliquer la révision de la Constitution.

Le "oui" et le "non" au coude-à-coude

Les sondages des dernières semaines laissaient présager la victoire du "oui" à cette prolongation du mandat présidentiel, mais un sondage diffusé la semaine dernière a placé le "oui" et le "non" au coude-à-coude, avec en outre 11 % d'indécis. S'il remporte un quatrième mandat, Evo Morales promet de mener à terme son "Agenda 2025" visant à éradiquer l'extrême pauvreté.

Le président bolivien, élu pour la première fois en 2006, est reconnu pour avoir réduit la pauvreté dans l'un des pays les plus démunis d'Amérique du Sud en réinvestissant les bénéfices des secteurs pétrolier et gazier, l'une des principales ressources du pays, dans des programmes sociaux, l'éducation et l'amélioration des infrastructures.

>> À voir sur France 24 : "Evo Morales : 'C’est notre obligation que de préserver les droits de notre mère la Terre'"

Mais, de plus en plus de voix s'élèvent pour dénoncer la corruption, le gaspillage et l'autoritarisme de son gouvernement. De récentes allégations à propos d'une ex-petite amie de Morales dont la société aurait remporté de lucratifs marchés publics ont pesé sur la cote du chef de l'État.

"Cela s'annonce comme le scrutin le plus serré qu'Evo Morales ait jamais eu à affronter depuis son arrivée au pouvoir", estime John Crabtree, politologue spécialiste de l'Amérique latine à l'Université d'Oxford.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 21/02/2016

  • BOLIVIE

    Bolivie : Evo Morales, président à la longévité record, vise un quatrième mandat

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE

    Bolivie : Morales célèbre sa victoire, "un triomphe pour les anti-impérialistes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)