Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

POLITIQUE

« Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux »

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

Asie - pacifique

Un nouveau chef d'état-major en Corée du Nord

© KNS / KCNA / AFP | Cette photo non datée et publiée dimanche 21 février 2016 par l'agence de presse officielle nord-coréenne montre des avions de chasse MiG-29 de la Corée du Nord durant un exercice dans un lieu non précisé.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/02/2016

Kim Jong-un a remplacé le chef d'état-major de son armée, a confirmé dimanche l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA. La presse sud-coréenne avait affirmé que l'ancien chef d'état-major avait été exécuté.

Les médias nord-coréens ont confirmé, dimanche 21 février, que le pays avait un nouveau chef d'état-major de l'armée après des informations de la presse sud-coréenne sur l'exécution de son prédécesseur.

Ri Myong-su, ancien ministre de la Sécurité du peuple de la Corée du Nord, a été présenté comme le "chef d'état-major de l'armée du peuple coréen" par l'agence officielle KCNA, qui publiait une dépêche sur un exercice militaire dirigé par le leader nord-coréen Kim Jong-un.

Ri Myong-su est également mentionné dans une autre dépêche de KCNA consacrée à des exercices de l'armée de l'air.

La presse sud-coréenne avait rapporté que son prédécesseur, Ri Yong-gil, avait été exécuté début février pour avoir formé une faction politique et pour corruption.

De nombreuses rumeurs de purges depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un

Les rumeurs de purges se sont multipliées depuis l'arrivée de Kim Jong-un au pouvoir fin 2011, dont celle de son ministre de la Défense Hyon Yong-chol, qui aurait pu être exécuté, avait avancé en mai l'agence de renseignement sud-coréenne (NIS).

Cette exécution n'a jamais été confirmée, mais on ne l'a plus revu depuis le printemps. Certains experts estiment que cela accrédite la thèse de la purge, d'autres qu'il pourrait être incarcéré.

Kim Jong-un avait en particulier fait exécuter fin 2013 son puissant oncle, Jang Song-thaek, présenté comme un homme à femmes avide de drogues, et accusé de trahison et de corruption.

Selon le professeur Yang Moo-jin, de l'université des études nord-coréennes de Séoul, le nouveau chef d'état-major est l'un des trois plus proches collaborateurs de Kim Jong-un et est un fin connaisseur de la technologie des missiles.

La Corée du Nord a mené en janvier son quatrième essai nucléaire, suivi un mois plus tard du lancement d'une fusée, largement condamné comme un test de missile balistique déguisé.

Avec AFP

Première publication : 21/02/2016

  • CORÉE DU NORD

    Tir nord-coréen : Washington, Séoul et Tokyo frappent Pyongyang au portefeuille

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Tir nord-coréen : le Conseil de sécurité de l'ONU "condamne fermement"

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence après le tir d'une fusée nord-coréenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)