Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Amériques

Primaires républicaines : Jeb Bush se retire de la course à la Maison Blanche

© Spencer Platt, Getty Images North America/AFP | Jeb Bush lors de son discours de retrait de la campagne électorale, samedi 20 février 2016 en Caroline du Sud.

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/02/2016

Parti grand favori dans la course à l'investiture républicaine, Jeb Bush a dû jeter l'éponge à la suite des résultats de la primaire de Caroline du Sud, samedi soir, où il a encore une fois réalisé un score médiocre.

Jeb Bush, fils et frère d'anciens présidents, s'est retiré de la course à la Maison Blanche samedi 20 février après avoir essuyé une nouvelle performance décevante aux primaires républicaines qu'il avait pourtant abordées en grand favori.

"Ce soir, je suspends ma campagne", a déclaré très ému Jeb Bush, 63 ans, s'interrompant pour essuyer des larmes.

"Malgré ce que vous avez peut-être entendu, les idées comptent, les politiques comptent", a-t-il ajouté dans une pique appréciée de ses supporteurs au vainqueur républicain Donald Trump.

Abandon de Jeb Bush : "certains évoquent la fin de la dynastie des Bush"

Tremblement de terre politique

Pour Gallagher Fenwick, correspondant de France 24 à Washington, il s'agit d'un "tremblement de terre politique" : "Jeb Bush fait partie d’une dynastie, il est lui-même ex-gouverneur de l’État de Floride. C’est lui qui avait amassé le plus d’argent pour sa campagne. Il était donné archi-favori il y a plusieurs mois et certains voyaient déjà la route toute tracée. Mais sa campagne n’aura pas survécu à trois petites étapes avec, à chaque fois, des énormes déceptions."

Avec au départ un colossal soutien financier et la bénédiction du parti, l'ancien gouverneur de Floride (1999-2007) a rapidement vu les intentions de vote en sa faveur s'effondrer face aux succès engendrés par le milliardaire américain et plusieurs autres candidats.

Raillé par Donald Trump

Donald Trump l'a souvent raillé dans les débats républicains, épinglant son manque d'énergie supposé et l'establishment qu'il représente, grande cible du magnat de l'immobilier. Jeb Bush se défendait, plaidant pour des idées plus mesurées et qualifiant d'absurdes certains des propositions de son adversaire Donald Trump.

Dans l'Iowa, premier État à voter le 1er février, il était arrivé sixième, avec moins de 3 % des voix. Dans le New Hamsphire, le 9 février, il s'était hissé en quatrième place (11 %). Samedi en Caroline du Sud, il serait arrivé de nouveau à la quatrième place, selon les projections des chaînes américaines.

Pas assez pour poursuivre la coûteuse course à la Maison Blanche, malgré le soutien de sa mère de 90 ans, Barbara et son frère George W. Bush venus le soutenir en Caroline du Sud où ils sont populaires.

"Je suis fier d'avoir mené une campagne pour unir le pays", a-t-il conclu.

Avec AFP

Première publication : 21/02/2016

  • ÉTATS-UNIS

    Primaires républicaines : victoire de Donald Trump en Caroline du Sud

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Caucus du Nevada : courte victoire de Hillary Clinton face à Bernie Sanders

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump et Bernie Sanders remportent la primaire du New Hampshire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)