Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget de la zone euro : Paris espère un accord "substantiel" à Berlin

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

En savoir plus

EUROPE

Brexit : le maire de Londres Boris Johnson militera pour la sortie de l'UE

© Niklas Halle'n, AFP | Le maire de Londres, Boris Johnson, s'est présenté sur le perron de son domicile, dimanche 21 février, pour faire part de son intention de militer en faveur d'un Brexit.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/02/2016

En dépit de l'accord trouvé vendredi, le maire de Londres, Boris Johnson, compte faire campagne pour une sortie de l'Union européenne. Sa défection ne fait pas les affaires du Premier ministre, quatre mois avant le référendum du 23 juin.

L’accord conclu vendredi 19 février entre le Royaume-Uni et l’Union européenne (UE) n’aura pas suffi à convaincre le charismatique maire de Londres, Boris Johnson, du bien-fondé d’un maintien de son pays dans l’UE.

"Je ferai campagne pour partir" de l'UE, a annoncé Boris Johnson, dimanche 21 février, dans une allocution devant son domicile à Londres. "Il ne faut pas confondre les merveilles de l'Europe, les vacances en Europe, la nourriture fantastique et les amitiés etc. avec un projet politique qui est en marche depuis des décennies et menace maintenant d'échapper au contrôle démocratique", a-t-il justifié.

>> À voir sur France 24 : "Vidéo : le "Brexit" serait "une énorme erreur" estiment les Britanniques de France"

Le Premier ministre britannique, David Cameron aurait pu se passer de ce médiatique lâchage, alors qu'il doit présenter, lundi 22 février, les termes de l’accord au Parlement à quatre mois du référendum du 23 juin sur le maintien ou non du Royaume-Uni au sein de l'UE. Il avait jusqu'ici réussi à éviter la défection des principales personnalités du parti conservateur, comme sa notoirement eurosceptique ministre de l’Intérieur, Theresa May.

"Coup de grâce"

"La perspective de collaborer avec [le chef du parti europhobe Ukip] Nigel Farage, […] de faire un saut dans l'inconnu n'est pas la bonne voie pour notre pays", avait-il lancé à Boris Johnson plus tôt dans la journée sur la BBC. Mais Boris Johnson a annoncé qu'il se tiendrait éloigné de ces personnalités et qu'il ne participerait pas à des débats télévisés contre son parti d'ici au référendum prévu le 23 juin.

Dans le camp des conservateurs pro-Brexit, le maire de Londres rejoint cinq ministres dont le titulaire du portefeuille de la Justice, Michael Gove, ami personnel de Cameron. "Boris veut donner le coup de grâce", juge le Daily Mail lundi. 

Un sondage publié dimanche révèle que 48 % des Britanniques interrogés ne veulent pas quitter l'UE, 33 % sont pro-Brexit et 19 % sont encore indécis.

Avec AFP

Première publication : 22/02/2016

  • UNION EUROPÉENNE

    "Brexit" : ce que dit l'accord obtenu par David Cameron à Bruxelles

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    "Brexit" : le référendum sur le maintien du Royaume-Uni à l'UE aura lieu le 23 juin

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Vidéo : le "Brexit" serait "une énorme erreur" estiment les Britanniques de France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)