Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

POLITIQUE

« Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux »

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

Amériques

Fermeture de Guantanamo : la dernière tentative d'Obama pour tenir sa promesse

© Chantal Valery, AFP | Le drapeau américain flottant sur la prison de Guantanamo, installée sur une base américaine à Cuba.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/02/2016

Barack Obama a présenté, mardi, au Congrès, un plan pour fermer la prison de Guantanamo, une promesse électorale de 2008. Mais une fois dans le Bureau ovale, il s'est enlisé dans un imbroglio juridique et politique.

Barack Obama souhaite "refermer un chapitre" de l'histoire américaine. Le président des États-Unis a demandé au Congrès, mardi 23 février, d'étudier "équitablement" son plan de fermeture de la prison de Guantanamo, précisant qu’il ne souhaitait pas transmettre ce dossier à son successeur à la Maison Blanche.

"Si, en tant que pays, nous ne réglons pas ce problème aujourd'hui, quand le ferons nous ? Allons-nous laisser traîner le dossier pendant 15, 20, 30 ans ?", s'est interrogé Barack Obama, reconnaissant la complexité de ce dossier.

Le président américain, qui avait fait de la fermeture de cette prison installée sur une base américaine à Cuba, l'une des promesses de la campagne électorale de 2008, a déclaré devant la presse que le maintien de la prison de Guantanamo était contraire aux valeurs de l'Amérique et nuisait à l'image des États-Unis sur le plan international.

"Depuis plusieurs années, il est devenu clair que (cette prison) ne permet de renforcer notre sécurité nationale, elle l'affaiblit", a-t-il ajouté évoquant un outil de recrutement pour les jihadistes.

Un transfert chiffré entre 290 et 475 millions de dollars

Des responsables de l'administration Obama ont déclaré que le plan élaboré par le Pentagone dressait une liste de 13 sites, sur le territoire des États-Unis, où les détenus de Guantanamo pourraient être transférés.

Le coût total de ce transfert serait significatif, se situant dans une fourchette de 290 à 475 millions de dollars. Il reste à ce jour 91 détenus dans cette prison qui en a un temps accueilli près de 800. Trente-cinq d'entre eux pourraient être transférés dans des pays tiers dans les mois à venir, selon l'exécutif américain.

La détention sur le sol américain, plutôt qu'à Guantanamo, engendrerait des économies annuelles de l'ordre de 65 à 85 millions de dollars par an, ce qui permettrait donc d'amortir le coût de transfert en "trois à cinq ans", selon l'exécutif.

Les  républicains font barrage

Sans surprise, le projet a immédiatement suscité de vives réactions dans le camp républicain. "Sa proposition manque de détails cruciaux, requis par la loi, comme le coût exact et le lieu d'un nouveau centre de détention", a critiqué Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants. "Nous ne risquerons pas notre sécurité nationale pour une promesse de campagne".

Le sénateur républicain John McCain a lui aussi déploré un projet "vague", mais annoncé que sa commission tiendrait néanmoins des auditions pour examiner les propositions du président. Il a toutefois estimé que Barack Obama avait "raté sa chance de convaincre le Congrès et les Américains qu'il avait un projet responsable pour fermer la prison de Guantanamo".

Si, comme c'est prévisible, le Congrès bloque tout mouvement, l'exécutif américain pourrait être tenté d'agir par décrets. La Maison Blanche est cependant restée jusqu'ici évasive sur ce thème. Et la marge de manœuvre juridique du président américain est incertaine.

Avec AFP 

Première publication : 23/02/2016

  • ÉTATS-UNIS

    Les chances de fermer la prison de Guantanamo sous Obama s'amenuisent

    En savoir plus

  • CUBA

    Washington termine son plan de fermeture de Guantanamo

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Témoignage de Guantanamo : "Je peux pas... res... p... i... rer !"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)