Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Quatuor Modigliani : quatre garçons dans les cordes

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Loi travail : le récit d'un revirement

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

Economie

France : le nombre de chômeurs a baissé en janvier

© Philippe Huguen, AFP | File d'attente dans un centre de Pôle Emploi, à Lille, le 16 décembre 2015.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/02/2016

Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a baissé de 27 900 personnes en janvier en métropole, mais une hausse inhabituelle des sorties de Pôle emploi faute d'actualisation rend ces chiffres difficilement interprétables.

A priori, c’est une bonne nouvelle et le gouvernement français s'en est aussitôt félicité : le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a baissé de 27 900 (soit - 0,8%) personnes en janvier en métropole, pour s'établir à 3,55 millions. Mais selon la Dares, qui dépend du ministère du Travail, une hausse "inhabituelle" des sorties de Pôle emploi pour défaut d'actualisation a été notée au même moment. Conclusion : les chiffres du chômage de janvier sont difficilement interprétables.

En janvier, "le nombre de sorties de catégories A, B et C (sans activité et activité réduite) pour cessation d'inscription pour défaut d'actualisation a enregistré une hausse inhabituellement forte", qui reste "inexpliquée" et "affecte à la baisse" le chômage, écrit le service des statistiques du ministère.

Il appelle à interpréter les résultats "en tendance", c'est-à-dire sur une période plus longue que le mois.

"La confirmation d’une tendance" pour Myriam El Khomri

Malgré l'avertissement de ses services, la ministre du Travail, Myriam El Khomri, s'est félicitée de la baisse mensuelle, y voyant une "confirmation de la tendance qui se dessine depuis l'été dernier". Il s’agit en effet de la plus forte diminution depuis le début du quinquennat de François Hollande, exceptée celle d'août 2013 à cause d’un "bug" dans les relances par SMS des chômeurs : ce mois-là, les effectifs d’inscrits au Pôle emploi (dans la catégorie A) avaient reflué de quelque 32 500 personnes.

Pourtant, le chômage joue au yo-yo depuis juin, alternant mois de baisse et de hausse, sans qu'aucune tendance ne se dessine. Ainsi, si en catégorie A, les jeunes profitent le plus de la baisse (leur nombre recule de 2,4 % sur trois mois et de 5 % sur un an), à l'autre bout de l'échelle des âges, la situation des seniors continue de se dégrader: +0,8 % sur trois mois et +7,8 % sur un an.

Autre point noir, le chômage de longue durée continue de faire tache d'huile. Fin janvier, 2,48 millions de demandeurs d'emploi (+1,6 % sur trois mois, +9,1 % sur un an), petite activité comprise, étaient inscrits à Pôle emploi depuis plus d'un an.

Avec AFP 

Première publication : 24/02/2016

  • FRANCE

    La France a créé des emplois marchands pour la première fois en quatre ans

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le chômage repart à la hausse en France

    En savoir plus

  • FRANCE

    Temps du travail, CDI et salaire minimum : pas de révolution dans le rapport Badinter

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)