Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

EUROPE

Contrôles à la frontière belge : une décision "étrange" selon Cazeneuve

© Jean-François Monier, AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/02/2016

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a qualifié d'"étrange" la décision de la Belgique de rétablir des contrôles à sa frontière avec la France dans le but d'éviter d'éventuelles arrivées de migrants en provenance de Calais.

"Étrange". C'est ainsi que Bernard Cazeneuve a qualifié jeudi 25 février la décision de la Belgique de rétablir des contrôles à sa frontière avec la France pour faire face à d'éventuels mouvements de migrants en provenance du camp de Calais.

"Cette décision est pour nous étrange et ses motivations le sont tout autant", a ainsi déclaré le ministre de l'Intérieur français devant des journalistes, à son arrivée à Bruxelles pour une réunion avec ses homologues européens largement consacrée à la crise migratoire.

La Belgique a en effet annoncé mardi avoir rétabli provisoirement des contrôles à sa frontière avec la France, pour faire face à un éventuel afflux de migrants quittant la "jungle" de Calais, un vaste camp situé à une quinzaine de kilomètres de l'entrée française du tunnel sous la Manche, dont une partie devrait être démantelée prochainement.

À Calais, le gouvernement entend procéder à une "mise à l'abri"

"Nous n'avons pas été prévenus", a en outre déploré le ministre , assurant "qu'il n'a jamais été question pour le gouvernement français d'envoyer des bulldozers sur la lande pour procéder à la dispersion des migrants".

"La volonté du gouvernement est de procéder à la mise à l'abri de tout ceux qui relèvent du statut de demandeur d'asile en France", a-t-il expliqué, mettant en avant une "opération humanitaire".

"Prétendre qu'il pourrait y avoir, en raison de cette mise à l'abri, un afflux de migrants à la frontière belge ne correspond pas à la réalité", a insisté Bernard Cazeneuve.

Le ministre français a écarté tout parallèle avec la décision de Paris en novembre de rétablir des contrôles à sa frontière avec la Belgique, après les attentats commis dans la capitale française, qui ont fait 130 morts.

Avec AFP
 

Première publication : 25/02/2016

  • FRANCE

    Jungle de Calais : à quelques heures de l'évacuation, Cazeneuve joue l'apaisement

    En savoir plus

  • CRISE MIGRATOIRE

    Plus de 110 000 migrants sont arrivés en Europe par la Méditerranée depuis janvier

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    "Jungle" de Calais : la Belgique rétablit des contrôles à la frontière avec la France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)