Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Viva Tech : Paris se rêve en capitale de l'innovation

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Salia Sanou chorégraphie son désir d'horizons

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La Camargue dans le sillage de ses gardiens

En savoir plus

FOCUS

À Taïwan, la démocratie se conjugue au féminin

En savoir plus

MODE

Les collections masculines 2017 tentent d’égayer un monde traumatisé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boris Johnson "exécuté par le Brexit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mark Carney vole au secours de l'économie britannique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les Français disent oui à l'Europe"

En savoir plus

FRANCE

Des tombes musulmanes datant du Moyen-Âge découvertes à Nîmes

© Inrap – Institut national de recherches archéologiques préventives | L'analyse des os révèlent que les trois individus étaient originaires d'Afrique du Nord, ils ne portent aucune trace de blessures.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/02/2016

Des chercheurs ont annoncé ce jeudi avoir découvert trois tombes musulmanes lors de fouilles, à Nîmes. Ces sépultures, les plus anciennes jamais découvertes en France, datent d'une période située entre le VIIe et le IXe siècle.

C’est le premier témoignage archéologique de la sorte. Des chercheurs de l'Institut français de recherches archéologues (Inrap), ont annoncé mercredi 24 février, avoir découvert à Nîmes trois tombes musulmanes, les plus anciennes jamais trouvées sur le territoire français. Elles sont datées entre le VIIe et le IXe siècle. Cette découverte a eu lieu lors de la construction d'un parking souterrain dans la ville.

C’est la première fois que les preuves physiques d’une présence musulmane en France à cette époque-là, sont découvertes. "On savait que les musulmans étaient venus […] au VIIIe siècle mais on n'avait jusqu'alors aucune trace matérielle de leur passage", explique à l'AFP l'anthropologue Yves Gleize, de principal auteur de cette recherche publiée mercredi aux États-Unis dans la revue Plos One. Les chercheurs ne disposaient que des quelques pièces de monnaie et de fragments de céramique.

Ces trois tombes excavées montrent clairement que les trois individus ont été enterrés selon des rites funéraires musulmans. "La position du corps, la tête orientée vers la Mecque comme le dépôt direct dans une fosse sont des caractéristiques évoquant les rites musulmans. Dans deux sépultures, la forme du creusement des fosses présente un surcreusement latéral qui n’est pas sans rappeler le dispositif 'al-lahd' de la tradition musulmane", peut-on lire dans le communiqué de l’Inrap.

Aucune trace de blessures

Des analyses des ADN prélevés sur des dents et les os indiquent que les trois individus étaient d'origine nord-africaine. Ils étaient âgés respectivement de 20 à 29 ans pour l'un, d'une trentaine d'années pour le deuxième, et de plus de 50 ans pour le troisième. Ils n'avaient aucune trace de blessure.

Selon ces anthropologues, toutes ces données laissent penser que ces trois squelettes appartenaient à des Berbères enrôlés dans l'armée du califat d'Omeyyades durant la conquête arabe en Afrique du Nord au VIIIe siècle.

Pour Yves Gleize, "l'analyse archéologique, anthropologique et génétique de ces sépultures du début de l'époque médiévale à Nîmes fournit des preuves matérielles d'une occupation musulmane au VIIIe siècle dans le sud de la France". Cependant, la taille de ces communautés reste inconnue.

Jusqu'à présent, la plus ancienne sépulture musulmane découverte en France, à Marseille, datait du XIIIe siècle.

Avec AFP

Première publication : 25/02/2016

  • ARCHÉOLOGIE

    Une dent vieille de 560 000 ans découverte dans les Pyrénées-Orientales

    En savoir plus

  • PALÉONTOLOGIE

    Découverte d'une mandibule africaine : a-t-on retrouvé le premier "Homo" ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)