Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : Colombie, les derniers jours des Farc

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Peres, entre hommages et critiques"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Deutsche Bank panique les marchés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Y a-t-il un pirate dans la voiture?"

En savoir plus

MODE

Saint Laurent, Lanvin, les grandes maisons présentent leur nouveaux designers à Paris

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump accuse Google de rouler pour Hillary Clinton

En savoir plus

Economie

WeFood, un supermarché de denrées périmées pour lutter contre le gaspillage au Danemark

© Mikkel Østergaard | WeFood, le premier supermarché de denrées passées de date a ouvert ses portes lundi 22 février.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/02/2016

Le premier supermarché danois spécialisé dans les denrées périmées a ouvert ses portes à Copenhague. WeFood est une initiative pour lutter contre le gaspillage alimentaire dans un pays qui s’est taillé une mauvaise réputation en la matière.

WeFood est un supermarché unique en son genre au Danemark pour sensibiliser au problème du gaspillage alimentaire. Dans cette enseigne, qui a ouvert ses portes lundi 22 février à Copenhague, tout est vendu 50 % moins cher qu’ailleurs. Les clients doivent cependant accepter d’acheter des denrées qui ne seraient pas vendues ailleurs car périmées ou dont l’emballage a été endommagé.

Un hic qui n’a pas empêché WeFood de faire un carton. "Tout s’est vendu très rapidement les deux premiers jours", confirme à France 24 Birgitte Qvist-Sorensen, secrétaire générale de Folkekirkens Nodhjælp, l’ONG qui a eu l’idée de cette enseigne unique. Les principaux clients ont jusqu’à présent été des personnes aux revenus modestes mais il y a aussi “beaucoup d’étudiants et de jeunes familles qui viennent”, assure la responsable associative.

 

Toutes les recettes du supermarché serviront à financer des opérations dans les pays en développement. © Mikkel Østergaard

Pas de produits laitiers ou de viande fraîche

Depuis l’ouverture, les rayons étaient surtout remplis de concombres, de laitues ou encore du pain et du saucisson pour garnir les pizzas. Mais cela peut changer du jour au lendemain. C’est l’autre particularité de ce supermarché : les produits en rayons dépendent de ce dont se débarrassent quotidiennement “nos partenaires, un réseau de douze supermarchés et détaillants”, explique Birgitte Qvist-Sorensen.

WeFood n’écoule pas non plus tout ce qui est périmé. Au Danemark, il y a deux types de denrées : celles qui “doivent être vendues au plus tard à une certaine date - comme les produits laitiers ou la viande fraîche -, et celles qui ont une date limite d'utilisation optimale”, précise la responsable. Ce sont uniquement les produits de cette dernière catégorie qui se retrouvent sur les étagères de WeFood. Il peut s’agir de café, de corn-flakes ou encore de jambon et de farine : seules les qualités nutritives et gustatives se détériorent dans un premier temps. Un des membres de l’ONG qui a été gérant de supermarché dans une vie antérieure précise ensuite combien de temps ces aliments peuvent être proposés sans risque pour la santé. “Le café peut ainsi être vendu jusqu’à deux mois après la date de péremption indiquée sur le sachet”, souligne Birgitte Qvist-Sorensen.

Le Danemark, champion européen du gaspillage alimentaire

Ce supermarché n’est pas seulement une aubaine pour Danois à faibles revenus. “C’est aussi une prise de position politique”, assure l’activiste Birgitte Qvist-Sorensen. Le Danemark s’est taillé une réputation de rois des gaspilleurs en Europe avec 747 kg de déchets par habitant et par an, contre 530 kg en France et 297 kg en Pologne, selon Eurostat. WeFood a été fondé dans le souci d’appuyer l’effort gouvernemental de corriger les mauvaises habitudes danoises. En cinq ans, le pays a déjà réussi à réduire de 25 % les déchets alimentaires.

WeFood n’est pas à but lucratif mais à but humanitaire. La totalité de l’argent des caisses servira à fournir de quoi nourrir les populations dans les pays en développement et dans des camps de réfugiés. L’ONG n’a, en effet, pas besoin de fonds pour le supermarché en lui-même puisqu’il a été entièrement financé grâce à une campagne sur Internet qui a permis de lever 1,2 million de couronnes danoises (1,6 millions d’euros).

Première publication : 25/02/2016

  • FRANCE

    Gaspillage alimentaire en France : accord entre la grande distribution et le gouvernement

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arash Derambarsh, l’élu français qui veut éradiquer la faim dans le monde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)