Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 6 mois à la Maison Blanche

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Le budget de l'armée a connu une érosion constante"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les expositions incontournables de l'été 2017

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le premier grand test pour Macron vient de sa propre armée"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Emmanuel Macron, "l'adjudant de la République"

En savoir plus

FOCUS

Afrique du Sud : les abandons de bébés en hausse, les adoptions en baisse

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face à Macron, le général de Villiers rend les armes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Remaniement ministériel en Côte d'Ivoire

En savoir plus

LE DÉBAT

Armée française : le premier accroc d'Emmanuel Macron ? (partie 2)

En savoir plus

EUROPE

En Irlande, des élections législatives sur fond d'austérité

© Caroline Quinn, AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/02/2016

Fatigués par les mesures d'austérité, les Irlandais sont appelés aux urnes vendredi pour des législatives dont l'issue est incertaine. Selon les sondages, le parti Fine Gael au pouvoir est attendu en tête, mais sans majorité suffisante.

Les Irlandais sont appelés à voter vendredi 26 février pour des législatives aux résultats particulièrement incertains, le parti Fine Gael de centre-droit au pouvoir étant attendu en tête mais sans majorité suffisante pour constituer un gouvernement.

Les électeurs voteront pour élire 158 députés, soit huit de moins que le Dail Eireann, la chambre basse du Parlement, n'en comptait jusqu'à présent.

Trois scénarios semblent possibles : la reconduction du gouvernement de coalition formé par le Fine Gael et le Labour probablement élargi à des personnalités indépendantes et des petits partis, la tenue de nouvelles élections ou la formation d'une coalition historique entre les deux partis ennemis de centre-droit qui gouvernent alternativement le pays depuis 1932 : le Fine Gael et le Fianna Fail.

Jeudi, Enda Kenny a affirmé n'avoir "aucune intention de passer un accord avec Micheal Martin", le patron du Fianna Fail, accusant le parti "d'avoir fait sombrer l'économie du pays" pendant et après la crise économique de 2008.

Rejet de l'austérité et des partis traditionnels

Dans les rues de Dublin, le rejet de l'austérité tutoie celui des partis traditionnels dans des élections qui suscitent peu d'enthousiasme. "Je vais voter indépendant, je connais beaucoup de gens qui vont faire de même, mais je suis sûre que le Fine Gael va revenir" au gouvernement, a confié jeudi à l'AFP Silvia Doran, une retraitée de 72 ans.

Signe du morcellement du paysage politique, les candidats indépendants, les petits partis (Verts, sociaux-démocrates, etc) et mouvements opposés à l'austérité rassembleraient quant à eux 28 % des suffrages (+13 points par rapport à 2011).

Le parti nationaliste de gauche de Gerry Adams, à la popularité en forte hausse, espère conquérir le vote des jeunes et des classes populaires avec son discours anti-austérité, même si son passé sulfureux en Irlande du Nord engendre encore beaucoup de méfiance.

Les premières tendances du vote ne devraient être connues que samedi matin via un sondage sortie des bureaux de vote publié par la chaîne nationale RTE avant le début du décompte des voix prévu samedi à 09h00 GMT. Et il faudra probablement patienter jusqu'à dimanche pour obtenir des résultats définitifs qui pourraient même se faire attendre davantage.

Avec AFP

 

 

Première publication : 26/02/2016

  • IRLANDE

    Référendum : vers un mariage pour tous dans la très catholique Irlande ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    L’Irlande s'affranchit de la tutelle de la troïka

    En savoir plus

  • IRLANDE

    Dublin obtient un long répit de la Banque centrale européenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)