Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

#MeToo : la France entre exception culturelle et changement de génération

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : les dernières heures de la Bataille du désert avec les milices chiites en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Joey Starr, les mille vies du jaguar

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Saeb Erekat : "La solution à deux États a été détruite"

En savoir plus

MODE

Pitti Uomo, à Florence, le plus grand salon de mode masculine au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Colin Firth : "Je ne travaillerai plus avec Woody Allen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Un an de Trump à la Maison Blanche : quel bilan économique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, un an après"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États généraux de la bioéthique : le coup d'envoi est lancé

En savoir plus

Afrique

Vidéo : le camp de la Minusma de Kidal, cible privilégiée des jihadistes au Mali

© Capture d'écran France 24 | Le camp de la Minusma à Kidal est régulièrement pris pour cible lors d'attaques terroristes.

Vidéo par François RIHOUAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/02/2016

Le camp des militaires de la Mission de l'ONU au Mali à Kidal est régulièrement pris pour cible lors d'attaques terroristes. Preuve que des jihadistes sont toujours présents dans la région. Reportage au sein de la Minusma.

Quand ce ne sont pas des mines artisanales, des roquettes ou des obus de mortiers, ce sont des kamikazes qui visent directement les casques bleus. Le camp de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) de Kidal est l’un des camps des Nations unies qui subit le plus grand nombre d'attaques au monde.

La force militaire, déployée depuis juillet 2013, est la mission de maintien de la paix de l’ONU la plus coûteuse en vies humaines. Le 12 février dernier, neuf militaires, dont six casques bleus de la Minusma et trois soldats maliens, ont été tués dans le nord du pays au cours de deux attaques séparées attribuées à Ansar Dine.

Des zones hors de contrôle

Dans le nord du Mali, des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin d'un accord de paix entre le gouvernement et l'ex-rébellion. Pis, ces attaques jihadistes sont de mieux en mieux préparées, selon les militaires. Ces derniers tentent de protéger leur base du mieux qu’ils peuvent. Mais malgré des travaux de renforcement du camp, la force onusienne dit manquer de véhicules blindés pour multiplier les patrouilles.

La seule protection du camp ne suffit pas. C’est du moins ce pensent certains militaires à l’instar du Colonel Bangora Ibrahim Sory, du contingent guinéen. "Je crois qu'on ne peut pas se protéger tout en étant dans le camp, explique-t-il à François Rihouay, correspondant France 24 au Mali. Il va falloir essayer de dominer le terrain. Ce qui va peut-être diminuer, je ne veux pas dire éradiquer complètement - mais ça va diminuer, à mon avis, les attaques contre le camp. Il faut se déployer en dehors du camp pour protéger le camp."

 


Première publication : 26/02/2016

  • MALI

    Mali : attaque à l'arme lourde contre un camp de l'ONU à Kidal

    En savoir plus

  • MALI

    L’ONU instaure une "zone de sécurité" autour de Kidal après de violents combats

    En savoir plus

  • MALI

    Vidéo : face aux risques d'attentats au Mali, Kidal sans cesse sur le qui-vive

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)