Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-Orient

La Syrie entame sa première trêve depuis cinq ans de guerre

© Amer Almohibany, AFP | Un cessez-le-feu est entré en vigueur en Syrie à partir du samedi 27 février à minuit.

Vidéo par Cédric FERREIRA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/02/2016

Alors que les combats sont globalement à l'arrêt depuis l'entrée en vigueur en Syrie d'une trêve initiée par les États-Unis et la Russie, un attentat, perpétré par l'EI selon l'OSDH, a fait au moins deux morts, samedi, dans l'est du pays.

Les combats étaient globalement à l'arrêt dans l'ouest de la Syrie samedi 27 février au matin,quelques heures après l'entrée en vigueur du plan russo-américain de cessation des hostilités entre le régime de Damas et les rebelles. Ce calme relatif est sans précédent depuis cinq années d’un conflit meurtrier.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et les Nations unies n'ont fait état que de tirs isolés dans l'ouest du pays depuis le début de la trêve, vendredi à 22h00 GMT. Selon l'émissaire spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, des incidents constatés à Damas, la capitale, et Deraa, dans le sud-ouest du pays, quelques minutes après l'heure dite ont rapidement fait place au calme.

Le ministère russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et son homologue américain John Kerry ont "salué" l'entrée en vigueur de cette trêve lors d'un entretien téléphonique, selon un communiqué du ministère russe. Ils ont aussi "discuté des modalités pour [que le cessez-le-feu] soit entièrement respecté".

Selon la télévision syrienne, un attentat à la voiture piégée a fait au moins deux morts dans la province d'Hama, samedi, dans l’est de la Syrie. L'OSDH indique que l'attentat a été commis par le groupe État islamique "dans une zone où l'accord sur l'arrêt des hostilités ne s'applique pas", a précisé Rami Abdoulrahman, représentant de l'organisation.

Situation inédite

Pour la première fois, les grandes puissances ont réussi à négocier une pause dans la guerre civile qui frappe la Syrie. Les Nations unies entendent saisir l'occasion pour reprendre des négociations entre le régime de Bachar al-Assad et l'opposition. Le gouvernement et son allié russe, ainsi que plusieurs groupes de l'opposition syrienne, avaient déclaré qu'ils se conformeraient au plan.

Cet accord élaboré par Washington et Moscou exclut de son champ d'application l'organisation État islamique et le Front al-Nosra, émanation syrienne d'Al-Qaïda. Les deux groupes jihadistes ont, quant à eux, dénoncé cette trêve et appelé tous les rebelles syriens à intensifier leurs attaques contre les forces du président et leurs alliés chiites libanais et iraniens. 

La Russie, qui a prévenu qu'elle ne cesserait pas ses opérations contre les extrêmistes, a cependant annoncé samedi matin la suspension de ses frappes aériennes sur le territoire afin d'éviter de toucher par accident des cibles qui sont parties prenantes à cette trêve, a indiqué le ministère russe de la Défense.

Étape préliminaire à un cessez-le-feu officiel

Les combattants de l'YPG (unités de protection du peuple), partenaires importants pour la coalition internationale conduite par les États-Unis contre l’EI, ont, eux, poursuivi leurs affrontements avec l’organisation jihadiste vendredi dans la province de Rakka, d’après l'OSDH.

Le plan russo-américain, qui n'a pas été signé par les parties prenantes, est moins contraignant qu'un accord formel. Pour les Nations unies, il constitue une étape préliminaire à un cessez-le-feu officiel à établir. D’ores et déjà, le gouvernement syrien a fait savoir que la trêve serait rompue si des États étrangers fournissaient les rebelles en armes ou si ces derniers profitaient du cessez-le-feu pour se réarmer.

Aide humanitaire facilitée

Par ailleurs, Staffan de Mistura a annoncé son intention d'organiser trois semaines de discussions de paix à partir du 7 mars. Elles auront lieu pour peu que le cessez-le-feu tienne et que l'aide humanitaire puisse être davantage distribuée, a-t-il précisé. Certaines mesures d'aide internationale ont été apportées cette année dans des villes assiégées à la suite d'accords ciblés mais l'ONU demande un accès plus large à tous les Syriens qui en ont besoin.

Avec Reuters

Première publication : 27/02/2016

  • SYRIE

    Combats et bombardements en Syrie à quelques heures de la trêve

    En savoir plus

  • SYRIE

    En Syrie, avec les combattants kurdes à l'assaut de la ville stratégique de Shedade

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Comment l’EI met la main sur le matériel permettant de fabriquer ses bombes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)