Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

EUROPE

Les Suisses rejettent l'expulsion automatique des criminels étrangers

© archives AFP | 58,9 % des Suisses ont rejeté la proposition controversée d'expulser automatiquement les criminels étrangers.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/02/2016

Les Suisses ont rejeté dimanche à une large majorité (58,9 %) la proposition controversée de la droite populiste d'expulser automatiquement les criminels étrangers, même pour des infractions mineures.

C'est un "non" sans ambiguïté. Les Suisses ont rejeté dimanche 28 février à une large majorité (58,9 %) la proposition controversée de la droite populiste UDC d'expulser automatiquement les criminels étrangers, même pour des infractions mineures, selon les résultats définitifs.

Ce vote intervenait alors que plusieurs pays européens ont durci le ton vis-à-vis des migrants, après l'arrivée de plus d'un million de réfugiés sur le continent l'an dernier.

Il y a six ans, les Suisses avaient accepté, à 52,9 %, une autre initiative de l'Union démocratique du centre (UDC, premier parti suisse) demandant le renvoi des criminels étrangers. Mais le Parlement avait ensuite ajouté une clause, permettant aux juges d'éviter l'expulsion automatique des condamnés dans certains cas.

Cette fois, les Helvètes étaient consultés sur une initiative beaucoup plus dure réclamant "le renvoi effectif des criminels étrangers". Cette initiative de "mise en œuvre" de l'automaticité élargissait la liste des motifs d'infraction entraînant l'expulsion.

Le texte présenté par l'UDC, auquel s'opposait le gouvernement, le Parlement et tous les autres partis nationaux, demandait le renvoi automatique de tout étranger ayant déjà été condamné au cours des 10 dernières années, qui serait reconnu coupable d'avoir commis des infractions mineures comme des "lésions corporelles simples" ou d'avoir participé à une rixe.

Plus de 60 % de participation

Ce refus net des Suisses marque un coup d'arrêt pour l'UDC qui a fait ces dernières années de l'immigration son sujet phare.

Le parti, connu pour ses campagnes contre l'immigration et l'Union européenne, a notamment bousculé le jeu politique suisse avec des campagnes pour interdire la construction de minarets et contre ce qu'elle a appelé "l'immigration de masse".

Cette fois, les "excès" de l'initiative ont été vivement dénoncés par ses opposants, qui ont mené une campagne virulente.

Albert Rösti, député UDC et prochain président du parti, a souligné que "l'intensité, la grandeur" de la mobilisation du camp du non avait "surpris" sa formation.

Le taux de participation a d'ailleurs frôlé des records, à 63 % environ, un niveau beaucoup plus élevé que la moyenne en Suisse (un peu plus de 40 %).

Tous les trois mois, les Suisses votent sur des sujets divers.

Dimanche, ils ont ainsi dit "oui" à 57 %, selon les résultats définitifs, à la construction d'un deuxième tunnel routier sous le massif alpin du Saint-Gothard, principal axe Nord-Sud.

Les Suisses ont en revanche écarté de peu, à 50,8 %, une initiative du Parti démocrate-chrétien (PDC, centre) qui réclamait une égalité de traitement devant l'impôt des couples mariés et des concubins, qui sont actuellement moins taxés.

Avec AFP

Première publication : 28/02/2016

  • SUISSE

    Genève en état d’alerte terroriste, deux suspects interpellés

    En savoir plus

  • SUISSE

    Législatives suisses : la droite populiste remporte un tiers des sièges du Conseil national

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)