Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump-Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

EUROPE

À la rencontre des migrants à la frontière gréco-macédonienne

© Capture France 24 | Les journalistes de France 24 sont allés à la rencontre des migrants bloqués à la frontière gréco-macédonienne.

Vidéo par Aurore DUPUIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/03/2016

La Macédoine a brièvement rouvert sa frontière avec la Grèce et laissé entrer sur son territoire plus de 300 réfugiés syriens et irakiens. Du côté grec, 10 000 migrants restent bloqués. Une équipe de France 24 s'est rendue sur place.

Plus de 300 réfugiés syriens et irakiens ont pénétré en Macédoine mercredi 3 mars. Il s'agit des premiers groupes de migrants autorisés à traverser cette frontière, principale route des Balkans à destination des pays de l'Europe du Nord, depuis lundi après-midi lorsque des incidents ont éclaté entre des réfugiés et des policiers macédoniens.

Côté grec, 10 000 autres migrants sont massés, attendant de pouvoir passer. Une équipe de France 24 présente près du camp d’Idomeni, le dernier village grec dans le nord, près de la frontière avec la Macédoine, est allé à leur rencontre.

"Depuis ce matin, nous voyons des centaines de migrants marcher à travers ce camp, juste à côté de la route principale", raconte la journaliste Aurore Dupuis. "Il y a beaucoup de familles, des femmes, des enfants et des vieillards. Ils marchent depuis des heures. Ils disent qu’ils sont à bout de nerfs et qu’ils n’en peuvent plus". Tous les jours, précise-t-elle, plus de 1 000 personnes arrivent dans ce camp.

"On a beaucoup souffert. On a traversé des mers, des rivières. On a marché pendant au moins 10 jours. Qu’est ce qu’on peut faire ?", s'interroge l’un de ces migrants, visiblement à bout. "Apparemment il y a des camps là-bas pour nous, mais je ne sais pas ce qu’il nous attend. On va sûrement attendre à la frontière pendant cinq à dix jours".

Le Haut commissariat aux réfugiés tire la sonnette d'alarme

En raison des restrictions imposées initialement par l'Autriche, suivie par d'autres pays européens et des Balkans de l'Ouest concernant le nombre de migrants autorisés à entrer sur leur territoire, des milliers de migrants et réfugiés se retrouvent bloqués côté grec depuis le week-end. Selon le maire d'Idomeni, village-frontière grec, près de 7 000 migrants et réfugiés, séjournent dans les deux camps d'accueil, tandis que 3 000 campent dans les champs.

Devant cette situation, intenable pour la Grèce et qui pourrait causer une crise humanitaire, selon le Haut-commissariat des réfugiés (HCR), l'Union européenne devait proposer mercredi d'allouer une partie de son aide humanitaire aux pays membres confrontés à des arrivées massives de migrants.

La Grèce estime avoir besoin de près de 500 millions d'euros pour organiser l'accueil de 100 000 réfugiés et gérer la situation à sa frontière avec la Macédoine.

Première publication : 03/03/2016

  • CRISE MIGRATOIRE

    Donald Tusk exhorte les migrants économiques à rester chez eux

    En savoir plus

  • IMMIGRATION

    L'Otan accuse Moscou et Damas de chasser les Syriens de leur pays pour déstabiliser l'Europe

    En savoir plus

  • CRISE MIGRATOIRE

    La police macédonienne use de gaz lacrymogènes contre des migrants à sa frontière avec la Grèce

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)