Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

Amériques

Affaire Petrobras : l'ex-président Lula interrogé par la police, son domicile perquisitionné

© Nelson Almeida, AFP | Depuis le siège du Parti des travailleurs, à Sao Paulo, Luiz Inacio Lula da Silva fait signe aux personnes venues le soutenir alors qu'il devait être interrogé par les enquêteurs de l'affaire Petrobras le 4 mars 2016.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/03/2016

L'ex-président du Brésil Luis Iniacio Lula da Silva a été emmené par la police pour être interrogé dans le cadre d'une enquête sur une affaire de corruption liée au géant pétrolier Petrobras. Son domicile a été perquisitionné.

Le charismatique Lula, ex-président brésilien, était passé à travers des (nombreuses) affaires de corruption qui ont entaché le gouvernement du Brésil sous sa mandature, entre 2003 et 2011. L’affaire Petrobras l’a finalement rattrapé. La police fédérale a perquisitionné son domicile de Sao Paulo, vendredi 4 mars, puis l’a emmené pour l’interroger dans le cadre de l’enquête sur le scandale de corruption Petrobras, a indiqué le porte-parole de l'Institut Lula.

>> À lire sur France 24 : "Petrobras, le scandale qui destabilise le Brésil"

"La police fédérale mène des fouilles et perquisitions chez lui, à l'Institut Lula et chez plusieurs de ses collaborateurs et membres de sa famille", a déclaré à l'AFP José Chrispiniano, attaché de presse de l'ancien président Lula et de la fondation qui porte son nom. Il a confirmé également que Lula faisait l'objet d'un mandat d'amener.

L'interpellation de Lula a provoqué des réactions outrées de ses partisans. La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a critiqué vendredi l'interpellation "inutile" de l'ex-chef de l'État. "Je fais part de mon désaccord complet sur le fait qu'un ex-président de la République, qui a comparu volontairement à plusieurs reprises pour être interrogé par les autorités compétentes, soit maintenant soumis à une interpellation inutile en vue d'un interrogatoire", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Dans la rue où se trouve le domicile de Lula, ses partisans, vêtus de rouge, ont échangé des insultes, des coups parfois aussi, avec ses adversaires, avant que des dizaines de policiers ne viennent les séparer.

Pots de vin et villas de luxe

Selon la police, citée par l’agence AP, les enquêteurs ont trouvé des preuves de corruption lors des perquisitions. Lula aurait bénéficié directement du vaste système mis en place au sein de la compagnie publique Petroleo Brasilieiro SA (Petrobras), sous forme de paiement et de villas de luxe.

"Il y a des preuves selon lesquelles l'ex-président Lula a reçu de l'argent du réseau (de fraudes) Petrobras par le biais de la restauration d'un appartement triplex et d'une maison de campagne à Atibaia", a affirmé le parquet.

"L’ex-président Lula, derrière son rôle de chef de parti, décidait de qui seraient les directeurs de Petrobras et était l’un des plus gros bénéficiaires [du système de corruption qui en découlait, NDLR]", a déclaré la police dans un communiqué. "Nous avons les preuves que ces crimes l’ont enrichi et ont financé les campagnes et la trésorerie de son groupe politique".

Opération "lavage rapide"

"Près de 200 policiers exécutent 44 mandats judiciaires, dont 33 mandats de fouilles et perquisitions et 11 mandats d'amener dans les États de Rio de Janeiro, Sao Paulo et Bahia", indique également la police dans son communiqué.

L'opération policière fait partie de la vaste opération "Lavage rapide" lancée en 2014 pour enquêter sur un vaste réseau de corruption au sein de Petrobras et qui aurait coûté au moins deux milliards de dollars à la compagnie.

"De nombreuses personnes vont donc être obligées de donner des éclaircissements aux enquêteurs"

"De nombreuses personnes vont donc être obligées de donner des éclaircissements aux enquêteurs", souligne Nicolas Ransom, correspondant de France 24 au Brésil. Et le journaliste d'ajouter : "Un des cadres du gouvernement de Dilma Rousseff a déjà été emprisonné en décembre dernier et certaines de ses dépositions ont fuité hier dans la presse. Elles mettent directement en cause Lula mais aussi la présidente actuelle du Brésil".

Selon TV Globo, la femme de Lula et deux de ses fils sont également visés par l'opération policière.

Avec AFP et AP

 

Première publication : 04/03/2016

  • BRÉSIL

    Scandale Petrobras : la police souhaite interroger l’ex-président Lula

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Petrobras a perdu deux milliards de dollars à cause de la corruption

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Lula, l'ancien président brésilien, visé par une enquête pour trafic d'influence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)