Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Les collections masculines 2017 tentent d’égayer un monde traumatisé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boris Johnson "exécuté par le Brexit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mark Carney vole au secours de l'économie britannique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les Français disent oui à l'Europe"

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni post-Brexit : les travaillistes et conservateurs en pleine crise (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni post-Brexit : travaillistes et conservateurs en pleine crise (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

"Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

Amériques

Forte progression du nombre de créations d’emplois en février aux États-Unis

© Joe Raedle, AFP | Une pancarte de recrutement à l'extérieur d'un magasin Target, à Miami, en Floride, le 4 septembre 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/03/2016

Le ministère du Travail américain a dévoilé vendredi une forte progression du nombre de créations d'emploi en février. Le taux de chômage, lui, est resté stable.

L’économie américaine a créé en février plus d’emplois que les analystes avaient espéré, démontrent les chiffres du ministère du Travail publiés vendredi 4 mars.

L’objectif de création d’emplois avait fixé par les analystes à 190 000 nouvelles embauches mais ce sont 242 000 emplois nets qui ont été créés le mois dernier. Malgré cette hausse des créations d'emplois, le taux de chômage est resté stable à 4,9 % car, autre signe de dynamisme, il y a eu davantage de nouveaux entrants sur le marché du travail.

>> À lire sur France 24 : "La croissance américaine revue à la hausse au quatrième trimestre 2015"

Ces chiffres encourageants permettent au taux de participation à l’emploi, qui mesure ceux qui ont un emploi ou en cherchent un activement, de remonter à 62,9 %, son plus fort niveau depuis mars 2014.

Le mois dernier, c'est le secteur des services qui a largement embauché tandis que le secteur minier, plombé par les bas prix du pétrole, et manufacturier ont continué de supprimer des emplois.

Point négatif, les rémunérations ont régressé en février, sans perdre toutefois toute l'augmentation de janvier. Observé de près par la Réserve fédérale (Fed) qui voudrait voir l'inflation se relever vers un objectif de 2 %, le salaire horaire moyen a perdu 3 cents à 25,35 dollars alors qu'il avait gagné 12 cents le mois d'avant.

>> À lire sur France 24 : "La Fed relève ses taux d'intérêt pour la première fois depuis 2006"

Nouvel élan de l’économie américaine

La Bourse de New York a ouvert sur une note hésitante vendredi après un rapport sur l'emploi meilleur que prévu aux États-Unis, reflétant le dynamisme du marché et jouant en faveur de hausses des taux progressives de la part de la Réserve fédérale.

Ces créations d'emplois, plus nombreuses que prévu, s'ajoutent à une série d'indicateurs positifs reflétant un nouvel élan de l'économie américaine, après une timide croissance annuelle de 1,0 % au dernier trimestre 2015. La croissance du premier trimestre 2016 est prévue aux alentours de 2,5 %.

Mais le déficit commercial des États-Unis a augmenté, lui aussi, plus fortement que prévu en janvier, un dollar fort et une demande mondiale atone ayant contribué à des exportations qui n'ont jamais été aussi faibles depuis cinq ans et demi, ce qui laisse penser que le commerce extérieur continuera de peser sur la croissance économique au premier trimestre.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 04/03/2016

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : le Pentagone invite les hackers à venir "pirater" ses réseaux

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Fermeture de Guantanamo : la dernière tentative d'Obama pour tenir sa promesse

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : un hôpital obligé de payer une rançon à des pirates informatiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)