Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton vs. Trump, l'eau et le feu"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Victoire à la Pyrrhus pour Jérôme Kerviel

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : le Gabon suspendu à la décision de la Cour constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis : la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis : racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

Amériques

Primaires républicaines : les adversaires républicains se dressent contre Donald Trump

© Geoff Robins, AFP | Donald Trump et Ted Cruz (dr) pendant le débat télévisé à Détroit, le 3 mars 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/03/2016

Candidats et personnalités du Parti républicain ont décoché jeudi de nouvelles flèches contre Donald Trump, lors d'un débat télévisé. Une campagne pour empêcher le favori de s'imposer en Floride et dans l'Ohio, deux États clés pour l'investiture.

La guerre contre Donald Trump semble être officiellement déclarée au sein du "Grand Old Party". Le milliardaire a été, jeudi 3 mars, la cible privilégiée de ses adversaires lors d'un débat télévisé entre les quatre candidats républicains diffusé sur Fox News.

>> À (re)lire sur France 24 : "Trump est en train de faire éclater le Parti républicain"

Le sénateur de Floride, Marco Rubio, a ouvert les hostilités en lui reprochant de ne pas avoir relocalisé aux États-Unis ses activités textiles en Chine et au Mexique, lui qui répète depuis le début de la campagne qu'il va créer des emplois pour les Américains. "Ce petit homme dit tellement de mensonges", a rétorqué Trump, qualifiant son rival de "poids léger", en assurant avoir ramené aux États-Unis une partie de ses activités.

Misogyne, imposteur

Le sénateur du Texas Ted Cruz a, de son côté, laissé entendre que Trump serait le pire candidat possible pour battre Hillary Clinton, pratiquement assurée d'obtenir l'investiture dans le camp démocrate, puisqu'il a financé par le passé les activités de l'ex-sénatrice de New York.

"C'était pour le bien de mes affaires", a rétorqué le magnat de l'immobilier. "Laissez-moi vous dire une chose, Ted, la dernière personne que Hillary Clinton veut affronter, c'est Donald Trump", a-t-il affirmé.

Rubio et Cruz ont aussi remis sur la table la question de l'interview accordée par Trump à l'équipe éditoriale du New York Times le 5 janvier. Lors de cet entretien, le magnat des affaires aurait déclaré qu'il ne fallait pas prendre au sérieux ses propositions en matière de lutte contre l'immigration, comme la construction d'un mur le long de la frontière mexicaine ou l'expulsion de tous les clandestins.

L'ancien candidat à la présidentielle Mitt Romney a, quant à lui, tour à tour qualifié Trump de "misogyne" ou d'"imposteur", laissant entendre qu'il conduirait les États-Unis à la catastrophe s'il arrivait à la Maison blanche.

Éviter Trump

Le Parti républicain cherche désespérément une réponse aux succès répétés de Trump dans les urnes, un homme qui n'est pas issu du sérail mais qui, à coups de provocation, fait largement la course en tête depuis le début des primaires.

L'enjeu pour les dirigeants républicains est d'empêcher Trump, âgé de 69 ans, de s'imposer le 15 mars en Floride et dans l'Ohio, deux États qui lui ouvriraient grand les portes de l'investiture s'ils tombaient dans son escarcelle.

Selon la chaîne CNN, qui cite une source proche du parti, Romney manœuvre par ailleurs pour empêcher Trump d'obtenir l'investiture en provoquant une "convention négociée", qui éviterait d'avoir à s'en remettre au vote des délégués désignés pendant les primaires.

Avec AFP

Première publication : 04/03/2016

  • ÉTATS-UNIS

    Hillary Clinton et Donald Trump, grands gagnants du "Super Tuesday"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le succès de Donald Trump met le parti républicain dans l’embarras

    En savoir plus

  • PRIMAIRES RÉPUBLICAINES

    Primaires républicaines : insultes, invectives... Marco Rubio affronte Trump sur son terrain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)