Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-Orient

Mort du petit Aylan : les passeurs écopent de quatre ans de prison

© Dogan news agency, AFP | La mort du petit Aylan, dont le corps avait été retrouvé sur une plage turque le 2 septembre 2015, avait sucité une vague d'indignation dans le monde entier.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/03/2016

Les passeurs responsables du naufrage du bateau de fortune sur lequel se trouvait notamment Aylan Kurdi, cet enfant retrouvé mort sur une plage turque en septembre et devenu un symbole du drame des migrants, ont été condamnés à quatre ans de prison.

La justice turque a condamné à quatre ans de prison deux passeurs syriens, jugés pour le naufrage d'un bateau de réfugiés qui avait causé en septembre la mort du petit Aylan Kurdi, devenu un symbole planétaire du drame des migrants.

>> À lire sur France 24 : "Il s'appelait Aylan Kurdi..."

Vendredi 4 mars, le tribunal de Bodrum (sud-ouest) a reconnu Muwafaka Alabash et Asem Alfrhad coupables de "trafic d'immigrants" mais la justice les a néanmoins acquittés des poursuites de "négligences délibérées ayant entraîné la mort", a précisé l'agence de presse Dogan.

Les deux hommes risquaient jusqu'à 35 ans d'emprisonnement.

Le 2 septembre dernier, une embarcation surchargée de réfugiés syriens avait chaviré au large de la station balnéaire turque de Bodrum alors qu'elle tentait de rallier l'île grecque de Kos. Douze personnes avaient trouvé la mort.

>> À lire sur France 24 : "La photo qui émeut l'Europe"

Les images du corps sans vie du petit Aylan, retrouvé quelques heures plus tard gisant sur une plage, ont fait le tour du monde et suscité une vague d'indignation planétaire qui a contraint l'Union européenne à entrouvrir ses portes aux migrants, pour la plupart des réfugiés venus de Syrie et d'Irak en guerre.

"Le vrai criminel, c'est le père d'Aylan, Abdallah Kurdi"

Lors de leur procès le 11 février, les deux passeurs avaient nié toute responsabilité dans le naufrage et pointé du doigt celle du père d'Aylan, Abdullah Kurdi. "Le vrai criminel, l'organisateur, c'est Abdullah Kurdi qui est devenu un héros à la télévision mais n'est même pas venu témoigner", avait ainsi lancé Asem Alfrhad.

Le père de la petite victime était lui aussi poursuivi devant le tribunal de Bodrum pour avoir "utilisé" le bateau qui a coulé, selon Dogan. Les juges avaient toutefois décidé d'abandonner les accusations lancées contre lui.

Abdullah Kurdi, qui vit une partie de l'année au Kurdistan irakien, a été accusé d'avoir lui-même organisé la traversée clandestine de la mer Egée qui a viré au drame. Il a toujours nié ces allégations.

La Turquie, qui accueille officiellement quelque 2,7 millions de Syriens et 300 000 Irakiens qui ont fui leur pays en guerre, est devenue l'un des principaux points de départ des migrants qui veulent s'installer en Europe.

Avec AFP

Première publication : 04/03/2016

  • SYRIE

    Vidéo : rencontre avec le père du petit Aylan

    En savoir plus

  • CRISE MIGRATOIRE

    Des membres de la famille du petit Aylan accueillis au Canada

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : Kobané enterre Aylan Kurdi, sa mère et son frère

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)