Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

China Moses : retour d'une princesse du swing

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, honteux et confus"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je ne sais pas pour qui voter"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Brexit : l'exil des startups ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les mensonges des passeurs et une rivière ivoirienne polluée par l'orpaillage

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Thomas Friedman : "Le problème de Donald Trump, c'est qu'il n'est pas très malin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aides-soignantes

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle en France : une campagne sur fond de scandales

En savoir plus

FRANCE

Agressions sexuelles de scouts : enquête pour "non-dénonciation" de pédophilie

© Jeff Pachoud, AFP | Le cardinal Philippe Barbarin (au centre) est accusé d'avoir couvert els agissements d'un prêtre pédophile.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/03/2016

Une enquête préliminaire a été ouverte contre plusieurs personnalités de l'Église, dont le cardinal Barbarin, pour "non-dénonciation de crime" en marge de l'affaire d'un prêtre mis en examen pour des agressions sexuelles sur de jeunes scouts.

Nouvel épisode dans l’affaire Preynat, du nom de ce religieux mis en examen fin janvier pour des agressions sexuelles sur de jeunes scouts lyonnais commis entre 1986 et 1991. Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Lyon pour "non dénonciation de crime et mise en danger de la vie d’autrui". Elle vise notamment le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, le cardinal Müller et un cardinal de Rome.

>> À voir sur France 24 : "Pédophilie : le pape veut briser le silence de l'église"

Tous sont accusés d'avoir couvert les agissements pédophiles du père Bernard Preynat. Dans un communiqué, le cardinal Barbarin s'est défendu du contraire, et a indiqué "qu'il n'était pas archevêque de Lyon à l'époque des faits". Il a toutefois précisé qu’il coopérerait "avec sérénité et confiance avec la justice" en fournissant aux enquêteurs "toutes les informations à leur disposition pour faire la lumière sur ces événements, dont la complexité et l'ancienneté exigent une approche prudente".

"Ils ont su, ils n'ont rien fait"

"Le dossier se poursuit. C'est plutôt positif. Ce sont ces questions que nous voulions poser", a déclaré de son côté une des victimes, François Devaux. "Il y a des personnes qui ont su et qui n'ont rien fait. Est-ce acceptable ? Les gens doivent savoir que c'est un délit."

>> À lire sur France 24 : "Pédophilie : le pape crée une instance pour juger les évêques fautifs"

Soupçonné d'agressions sexuelles sur de jeunes scouts il y a plus de 25 ans, le prêtre Preynat qui a quitté ses paroisses du Roannais fin août 2015, suspendu par le diocèse après avis du Vatican, a reconnu les faits devant les policiers. Il a également été placé sous le statut de témoin assisté pour des viols qu'il a avoués en garde à vue.

Selon son avocat, Me Frédéric Doyez, le septuagénaire a déclaré devant le juge "que les faits étaient connus par les autorités ecclésiastiques depuis 1991", date à laquelle il avait été écarté du groupe scout indépendant qu'il encadrait depuis près de 20 ans à Sainte-Foy-lès-Lyon, une banlieue cossue de Lyon.

Aucun nouveau fait délictueux postérieur à 1991 visant le père Preynat n'a été signalé.

"Omerta"

Mais pour une association de victimes, "La Parole libérée", c'est "l'omerta" dont aurait bénéficié le religieux durant des décennies, et la gestion du cas de ce prêtre par les autorités diocésaines depuis 25 ans, qui constituent le véritable scandale de ce dossier.

>> À lire sur France 24 : "Le pape François demande pardon pour les abus sexuels des prêtres pédophiles"

Volonté de transparence ou maladresse ? Après avoir révélé l'affaire en octobre, le cardinal Barbarin a déclaré, dans un entretien accordé à La Croix le 10 février, avoir été mis au courant de "comportements" de ce prêtre "vers 2007-2008". Il n'a pourtant été relevé de ses fonctions qu'en août 2015.

>> À lire sur France 24 : "Spotlight : le film plaidoyer pour le journalisme d'investigation"

Si le Vatican a apporté son soutien au cardinal, estimant qu'il gérait le dossier "avec beaucoup de responsabilité", confronté "à une situation qui remontait à des années auparavant", l'affaire reste embarrassante pour l'épiscopat français, qui a mené un grand travail sur la prévention de la pédophilie depuis la condamnation de l'évêque Pierre Pican, en 2001, pour non-dénonciation de viols sur mineurs commis par un prêtre.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 05/03/2016

  • RELIGION

    Pédophilie : le pape crée une instance pour juger les évêques fautifs

    En savoir plus

  • RELIGION

    Le Vatican crée une commission pour lutter contre la pédophilie au sein de l'Église

    En savoir plus

  • POLOGNE

    Un prêtre soupçonné de pédophilie malmène des journalistes de FRANCE 24

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)