Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

FRANCE

Deux adolescentes soupçonnées de vouloir se rendre en Syrie recherchées par la police

© Capture d'écran | Les deux mineures, Louisa et Israé, sont soupçonnées de vouloir partir en Syrie.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/03/2016

Deux jeunes filles françaises, Louisa (16 ans) et Israé (15 ans), sont activement recherchées par la police après avoir fugué vendredi, dans la région d'Annecy. Les deux adolescentes sont soupçonnées de vouloir se rendre en Syrie.

Louisa et Israé, deux lycéennes de 15 et 16 ans soupçonnées de s'être "radicalisées", sont activement recherchées depuis vendredi par la gendarmerie française. Les jeunes filles, domiciliées en Haute-Savoie, ont fugué il y a deux jours, après avoir quitté leur lycée de Seynod, en banlieue d’Annecy.

Les deux mineures sont "susceptibles de quitter le territoire national par tous les moyens, et d'utiliser de fausses identités", a précise la gendarmerie dans son appel à témoins diffusé sur le compte Twitter de la gendarmerie nationale samedi.

>> À lire sur France 24 : Comment accueillir les jeunes jihadistes de retour d'Irak ou de Syrie ?

Selon le parquet d'Annecy, elles auraient été aperçues pour la dernière fois le vendredi 4 mars vers 13h00, quittant leur établissement des Carillons de Seynod."Nous les soupçonnons, d'après leurs déclarations, d'être parties ou de vouloir partir en Syrie. Elles avaient pour projet de prendre un train pour Paris depuis Chambéry", a précisé le parquet, qui dispose pour l'heure de "peu d'éléments" en dehors de déclarations d'amies.

Les gendarmes ont été avisés de cette fugue 6 heures après leur disparition, des camarades de classe s’étant inquiétées de leur absence. Ils ont prévenu leur entourage après avoir tenté de les retrouver dans la gare de Chambéry, d'où elles auraient pris la fuite.

>> À lire sur France 24 : "Des proches de jeunes partis faire le jihad témoignent dans des spots télévisés"

"L'une des jeunes filles était déjà soupçonnée de radicalisation et était suivie. Elle avait été placée en foyer et faisait l'objet d'une interdiction de sortie du territoire. Nous avons obtenu pour l'autre jeune fille une opposition de sortie du territoire ce [samedi] matin", a ajouté le parquet. L'ensemble des services d'enquête, dont la police aux frontières, a été informé de cette fugue, avec diffusion des portraits des deux lycéennes.

Louisa B., 16 ans, née en 1999 à Annecy, est une adolescente d'1,70 mètre et de corpulence mince. Elle a les yeux et les cheveux noirs, détaille l'appel des gendarmes.

Sa camarade, Israé A., 15 ans, est née en 2000 à Annemasse et mesure 1,76 mètre. Elle a les cheveux châtain clair, les yeux marron, et porte un appareil dentaire.

>> À lire sur France 24 : "Garde à vue de deux ados toulousains candidats au jihad"

Avec AFP

Première publication : 06/03/2016

  • FRANCE

    Deux Français partis en Syrie condamnés par la justice à six et dix ans de prison

    En savoir plus

  • JIHADISME

    En Syrie et en Irak, un jihadiste français sur trois est une femme

    En savoir plus

  • JIHAD

    Deux pères britanniques implorent leurs femmes de rentrer de Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)