Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Asie - pacifique

Manœuvres entre Washington et Séoul : Kim Jong-un menace de frappes nucléaires "à l'aveugle"

© Jung Yeon-Je / AFP | Photo prise lors des manœuvres annuelles conjointes des forces américaines et sud-coréennes en 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/03/2016

La Corée du Nord a menacé dimanche de procéder à des frappes nucléaires "à l'aveugle" contre la Corée du Sud et les États-Unis si les deux alliés maintenaient leurs exercices militaires annuels communs prévus à partir de lundi.

Les forces sud-coréennes et américaines ont débuté lundi 7 mars les plus importantes manœuvres militaires conjointes jamais organisées sur la péninsule coréenne. Les deux alliés entendent livrer une démonstration de force, en riposte aux récentes provocations de la Corée du Nord, qui a notamment procédé à un essai nucléaire début 2016.

Ces exercices annuels s'étendent sur près de deux mois et ils aggravent systématiquement les tensions entre le Sud et le Nord. Le régime de Kim Jong-un a menacé de riposter par des frappes nucléaires "à l'aveugle".

Ces exercices à but défensif, selon Séoul et Washington, interviennent cette année dans un contexte particulièrement tendu, deux mois après le quatrième essai nucléaire de la Corée du Nord et un mois après un tir nord-coréen de fusée longue portée, deux actions condamnées par le Conseil de sécurité de l'ONU. Ce dernier vient de voter une nouvelle série de sanctions contre le régime dictatorial de Kim Jong-un.

Les manœuvres conjointes, baptisées "Key Resolve" et "Foal Eagle", sont cette année d'une envergure jamais vue en Corée du Sud, avec 15 000 Américains, soit quatre fois plus qu'en 2015. Environ 300 000 militaires sud-coréens sont également mobilisés, de même que des éléments clés de l'armée américaine, parmi lesquels une brigade de combat et une escadre emmenée par un porte-avions et des sous-marins à propulsion nucléaire.

Pyongyang "prêt à utiliser son arsenal nucléaire"

Dans un communiqué diffusé quelques heures avant le début des exercices, la Commission de la défense nationale de Corée du Nord s’est dit prête à répliquer. "Les manœuvres militaires conjointes organisées par les ennemis sont perçues comme des exercices de guerre nucléaire non dissimulés visant à porter atteinte à la souveraineté [de la Corée du Nord, NDLR], sa riposte militaire sera d'effectuer des frappes nucléaires préventives et offensives", prévient le communiqué.

Et de poursuivre : "L'armée et le peuple vont lancer une offensive de grande envergure pour contrer les exercices hystériques de guerre nucléaire des États-Unis et de leurs suiveurs".

Dans des propos rapportés vendredi par l'agence officielle KCNA, le leader nord-coréen Kim Jong-un avait déjà annoncé la couleur, après le vote de sanctions à l'ONU : "Nous devons être toujours prêts, à chaque instant, à utiliser notre arsenal nucléaire."

Les cibles, claironne-t-elle, pourraient être sud-coréennes, mais ces frappes pourraient aussi viser les bases américaines dans la région Asie-Pacifique et jusqu'aux États-Unis. "La frappe nucléaire à l'aveugle (...) montrera clairement aux enthousiastes de l'agression et de la guerre la détermination" du Nord, poursuit la Commission. "Si nous appuyons sur les boutons pour anéantir nos ennemis (...), toutes les origines des provocations seront réduites à des océans de flammes et de cendres en un instant", ajoute-t-elle.

Adoptée unanimement la semaine dernière au terme de négociations laborieuses entre Washington et Pékin, la nouvelle résolution de sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU est de nature, si elle est respectée, à considérablement accroître la pression économique sur le Nord. La Corée du Sud va de son côté annoncer mardi des sanctions renforcées contre Pyongyang, ce qui devrait déclencher de nouvelles menaces de représailles.

Avec AFP

 

Première publication : 07/03/2016

  • CORÉE DU NORD

    L'arsenal nucléaire nord-coréen doit "être prêt à chaque instant", selon Kim Jong-un

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord tire en mer du Japon en réponse aux sanctions de l'ONU

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    ONU : le Conseil de sécurité alourdit les sanctions internationales contre la Corée du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)