Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Moyen-Orient

Légion d'honneur au prince héritier saoudien : une "tradition diplomatique", explique Ayrault

© Stéphane de Sakutin, AFP | François Hollande et Jean-Marc Ayrault s'entretenant avec la délégation saoudienne, le 4 mars 2016.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/03/2016

Jean-Marc Ayrault a justifié, lundi, la remise de la Légion d'honneur à Mohammed ben Nayef, le prince héritier d'Arabie saoudite, un pays accusé de violer les droits de l’Homme, par le respect d'une "tradition diplomatique".

La Légion d'honneur a été récemment très discrètement remise au Saoudien Mohammed ben Nayef, prince héritier d’un royaume régulièrement épinglé pour ses violations des droits de l'Homme, pour respecter "une tradition diplomatique", s’est justifié, lundi 7 mars, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault.

"C'est une tradition démocra… diplomatique, et je pourrais vous en citer plein, des Légions d'honneur qui ont été données...", a déclaré le chef de la diplomatie française à la radio France Inter. "Il n'y avait rien de solennel" dans la remise de cette décoration par le président François Hollande à Mohammed ben Nayef, a-t-il ajouté, disant toutefois "comprendre" les réactions négatives.

Cette décoration, la plus haute distinction de la République française, a suscité de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux, alors que depuis le début de l'année la pétromonarchie wahhabite, qui applique implacablement la charia et qui finance le salafisme depuis plusieurs décennies, ainsi que les mouvements islamistes, armés ou pas, les plus sectaires, a procédé à 70 exécutions.

Outre les critiques venues de l’extrême droite, le député socialiste de Haute-Garonne Gérard Bapt avait notamment expliqué dans un communiqué que "le réalisme politico-commercial ne devrait pas conduire à des postures morales à deux vitesses".

L'Arabie saoudite, "ce n'est pas une démocratie, il y a des exécutions capitales (...) La France devrait être plus ferme, comme les autres grandes démocraties occidentales, à exiger un comportement différent", a indiqué pour sa part Thierry Solère, député Les Républicains des Hauts-de-Seine.

L'année dernière, 153 personnes ont été exécutées dans le royaume selon un décompte de l'AFP basé sur des chiffres officiels. Un niveau inégalé depuis 20 ans dans ce pays.

Un prince décoré en catimini

La remise de la Légion d'honneur au prince saoudien, également ministre de l'Intérieur, s'est déroulée vendredi au palais de l'Élysée, mais la présidence française ne l'a rendue publique que dimanche. Entre-temps, l'Agence de presse saoudienne SPA avait rendu compte de cette visite signalant qu'elle avait été l'occasion de cette décoration.

Avec l'Arabie saoudite, "nous discutons de la paix en Syrie, et l'Arabie saoudite a un rôle à jouer. Et d'ailleurs, concernant la reprise des négociations (inter-syriennes), sa position, c'est d'encourager la reprise des négociations, que le cessez-le-feu soit totalement respecté et que l'aide humanitaire arrive, et c'est les encouragements qu'elle donne à l'opposition", a ajouté l’ancien Premier ministre français.

La France entretient des relations privilégiées avec le royaume depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande. En octobre 2015, une série d'accords, de contrats et de lettres d'intention représentant 10 milliards d'euros a été signée, à l'occasion de la visite en Arabie saoudite du Premier ministre Manuel Valls.

Avec AFP
 

Première publication : 07/03/2016

  • ARABIE SAOUDITE

    Hollande décore en catimini le prince héritier saoudien de la Légion d’honneur

    En savoir plus

  • LIBAN-SYRIE

    Les monarchies du Golfe qualifient le Hezbollah libanais de groupe "terroriste"

    En savoir plus

  • TURQUIE - ARABIE SAOUDITE

    Ankara et Riyad envisagent de mener une opération terrestre contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)