Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement.

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement.

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Puppa Lek Sen, héritier du reggae africain

En savoir plus

FOCUS

Proche-Orient : l’essor du tourisme politique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tensions entre Grecs et réfugiés sur l’île de Chios

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le plan pour l'islam de France

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : Yellen promet une hausse progressive des taux, les marchés réagissent

En savoir plus

Afrique

Tunisie : attaque terroriste sans précédent à Ben Guerdane

© Fathi Nasri, AFP | Des soldats de l'armée tunisienne près de Ben Guerdane (photo d'illustration).

Vidéo par Sandro LUTYENS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/03/2016

Au moins 54 personnes, dont 36 jihadistes et 11 membres des forces de l'ordre ont été tués lundi à la suite d'attaques jihadistes à Ben Guerdane, près de la Libye. Selon Tunis, le groupe EI cherchait à y implanter un "émirat".

L'armée et la police de Tunisie ont été la cible des jihadistes, lundi 7 mars. À l'aube, un commando a attaqué simultanément les postes de la Garde nationale et de la police ainsi que la caserne militaire de Ben Guerdane, dans le sud-est tunisien. Le bilan fait état de 36 djihadistes tués, ainsi que 11 membres des forces de l'ordre. Sept civils ont également trouvé la mort dans cette attaque attirbuée à l'organisation de l'État islamique (EI). Mais aucune revendication n'a été formulée jusqu'à présent. 

Que s'est il passé à Ben Guerdane ?

"Il s'agit du premier attentat d'une telle ampleur en milieu urbain avec, dans un premier temps, des attaques ciblées suivies par des assauts simultanés contre des bâtiments des forces de l'ordre", précise sur France 24 Wassim Nasr, spécialiste des mouvements jihadistes. "D'après des sources locales, l'attaque a été perpétrée par des jihadistes de l'organisation de l'État islamique qui ont été aidés par des habitants de la ville pour s'infiltrer dans des maisons afin d'abattre des militaires tunisiens. Ils ont ensuite lancé des assauts coordonnés contre les bâtiments de la sécurité." Un des officiers, le plus haut gradé de l'antiterrorisme de Ben Guerdane, a été tué.

"Établir un émirat" de l'EI

Cette complicité locale a été possible grâce au nombre considérable de jihadistes originaires de Ben Guerdane, qui ont fait jouer leurs réseaux. Les islamistes ont toujours beaucoup recruté dans cette ville proche de la frontière libyenne. "Déjà en 2004, le chef terroriste islamiste Abou Moussab Al-Zarqaoui citait la ville de Ben Guerdane comme vivier de jihadistes", poursuit Wassim Nasr.

"Le but de cette attaque était de troubler la situation sécuritaire dans notre pays et d'établir un émirat de 'Daech' [acronyme arabe du groupe EI] à Ben Guerdane", a déclaré le chef du gouvernement Habib Essid. "Mais grâce à tous les efforts, à la coopération entre notre armée nationale et nos forces de sécurité intérieure, la réaction a été forte et rapide", a-t-il ajouté.

La communauté internationale ont condamné cette attaque terroriste. Paris a exprimé toute sa solidarité au gouvernement tunisien et les États-Unis ont proposé leur aide au régime de Tunis. 

"Attaque prévisible"

Selon le spécialiste des mouvements jihadistes, cette attaque était aussi "prévisble" si l'on tient compte de l'assaut de la semaine dernière dans les faubourgs de Ben Guerdane. Mercredi dernier, cinq jihadistes venus de Libye et retranchés dans une maison ont été tués lors d'une opération menée par des unités de l'armée, de la Garde nationale (gendarmerie) et de la police de la ville. Un civil avait également été tué par une balle perdue, et un commandant blessé à la tête. Au moins quatre des extrémistes étaient de nationalité tunisienne, d'après les autorités.

Le groupe EI a également mené un coup de force, le 23 février dernier, à Sabratha, en Libye. Environ 200 jihadistes avaient occupé pendant plusieurs heures le centre de la ville, située sur la route côtière reliant Tripoli à la frontière tunisienne.

Couvre-feu à Ben Guerdane

Actuellement, des jihadistes sont toujours retranchés dans le quartier Jallal, à environ 4 km du centre de Ben Guerdane. "Des escarmouches sont toujours en cours", selon le spécialiste des mouvements jihadistes, qui précise que l'opération pour sécuriser la ville n'est pas terminée. 

Dans un communiqué succinct, le ministère de l'Intérieur a incité les habitants de la ville à rester chez eux et mis un numéro vert à disposition. Les routes menant à Zarzis et Djerba, plus au nord, ont été fermées, tandis que les autorités tunisiennes ont décidé de décréter un couvre-feu nocturne dans la ville. "Il a été décidé d'imposer à partir d'aujourd'hui (lundi) de 19 h à 5 h du matin un couvre-feu aux personnes et aux véhicules dans la ville de Ben Guerdane", a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Les autorités tunisiennes ont manifesté à plusieurs reprises leur inquiétude face au chaos en Libye et ont récemment achevé la construction d'un "système d'obstacles" sur près de la moitié des 500 km de leur frontière commune. Déjà frappée en 2015 par une série d'attentats sanglants, la Tunisie a annoncé la fermeture des postes frontaliers et le renforcement des patrouilles y compris aériennes à sa frontière avec la Libye, où le chaos profite notamment à l'EI.

Plus de 3 000 Tunisiens sont partis combattre dans les rangs du groupe État islamique et au sein d'autres organisations jihadistes en Syrie et en Irak. Les responsables des services de sécurité tunisiens parlent de plus en plus du retour de ces jihadistes, qui rejoignent des groupes islamistes en Libye et franchissent clandestinement la frontière tunisienne.

Première publication : 07/03/2016

  • TUNISIE

    Le raid américain en Libye aurait empêché une attaque du groupe État islamique en Tunisie

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Vidéo : vague d'embauche au sein de l'armée tunisienne

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Tunis instaure un couvre-feu nocturne dans tout le pays après une semaine de violentes contestations

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)