Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Erdogan et l'effet boomerang"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les électeurs britanniques ne sont pas tous des vieux cons racistes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#PrayForIstanbul : le spectre de Daech

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Mali, 2 500 hommes vont renforcer le contingent de la mission de l'ONU

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

SPORT

Ligue des champions : face à Chelsea, "Ibra" peut-il être enfin décisif ?

© Franck Fife, AFP | Zlatan Ibrahimovic va-t-il enfin se montrer décisif en phase finale de Ligue des champions ?

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/03/2016

Alors que le PSG affronte Chelsea, mercredi, en huitièmes de finale retour de la Ligue des champions, Zlatan Ibrahimovic veut briser le signe indien. Le Suédois, impressionnant en L1, perd systématiquement de sa superbe dans les matches-couperets.

Si chaque rencontre décisive du Paris Saint-Germain en Ligue des champions apporte son lot d'interrogations, il en est une qui revient systématiquement : Zlatan Ibrahimovic sera-t-il enfin à la hauteur de l'événement ? C'est un fait : depuis quatre saisons qu'il préside aux destinées de l'attaque du Paris SG, "Ibra" n'a jamais su être décisif dans les matches-couperets de C1.

Certes, ses exploits à l'échelle du foot français sont remarquables, dignes d'en faire déjà un des meilleurs joueurs, sinon le meilleur, de l'histoire du Championnat de France. Mais c'est dans la plus grande compétition européenne, celle qui classe au Panthéon les plus grands compétiteurs, que le Suédois doit une nouvelle fois faire ses preuves, alors que se profile un huitième de finale retour décisif à Stamford Bridge, face à Chelsea, mercredi 9 mars.

À 34 ans, la carrière de Zlatan Ibrahimovic n'a été jalonnée que de titres nationaux, de l'Ajax Amsterdam (2001-2004) au PSG (depuis 2012), en passant par la Juventus (2004-2006), l'Inter Milan (2006-2009), le FC Barcelone (2009-2010) et l'AC Milan (2010-2012). Au crépuscule de sa carrière, le Suédois aura, à Stamford Bridge, une nouvelle occasion d'arracher l'étiquette qui lui colle en C1.

Celle livrée par les statistiques : en 37 matches à élimination directe en Ligue des champions, Zlatan n'a inscrit que huit buts, tous lors des matches aller. Certains ont tout de même pesé sur des qualifications, mais seul son doublé à Arsenal avec le Barça (2-2), au printemps 2010, a ouvert la voie à une demi-finale, la seule qu'il ait eue à disputer à ce jour (perdue face à l'Inter Milan).

Convaincant au match aller

Le dernier carré, Paris en est encore loin et il s'agit dans un premier temps d'en finir une bonne fois pour toutes avec ces diables de "Blues" que le sort s'acharne à mettre sur sa route depuis deux ans. Si en quart de finale 2013-2014 (élimination 1-3, 2-0) et en huitième 2014-2015 (qualification 1-1, 2-2 a.p.), "Ibra" n'avait pas influé sur les résultats, il est parvenu à corriger le tir il y a trois semaines en ouvrant le score. Certes avec un soupçon de réussite, son coup franc ayant été détourné par Obi Mikel.

Ce but et une prestation assez convaincante étaient venus à point nommé illustrer la force de caractère d'un joueur qui n'aime rien tant que "zlataner" les avis de ses contradicteurs. Et confirmer que le PSG a besoin de son icône pour espérer aller loin dans la compétition. Comme elle a aussi besoin d'un Edinson Cavani à la hauteur des enjeux. L'Uruguayen le fut, peu après son entrée en jeu, en donnant le court avantage (2-1) à défendre mercredi.

L'an passé, il avait vu rouge

Mais alors que le "Matador", en concurrence avec Lucas, est loin d'avoir la garantie de débuter au retour, Ibrahimovic sera scruté dès le coup d'envoi, lui qui passa totalement à côté du huitième de finale retour il y a un an quasiment jour pour jour (11 mars) en se faisant exclure dès la 31e minute. L'exploit, avec deux remontées au score, en prolongation, n'en fut que plus beau, mais il s'est écrit sans lui, presque à cause de lui.

Pour peu, on en appellerait à la revanche. Mais Ibrahimovic ne fonctionne pas ainsi, tout comme il se veut insensible à toute pression ou idée d'un déclin.

Sa saison en est la preuve. Malgré deux premiers mois perturbés par des blessures, il est redevenu l'attaquant dominant de la L1 (23 buts en autant de matches). Il en est à 30 réalisations en 37 matches toutes compétitions confondues, total qu'il avait atteint à la toute fin de l'exercice précédent. Auxquels il convient d'ajouter 13 passes décisives.

Des chiffres qui montrent que le Suédois est revenu à son meilleur niveau alors qu'il joue peut-être sa dernière saison avec Paris (son contrat prend fin le 30 juin). Le suspense ne cesse d'ailleurs de grandir quant à savoir si son aventure parisienne va se poursuivre au-delà. Et la réussite du club devrait sans doute influer considérablement sur la suite de sa carrière.

Avec AFP

 

Première publication : 08/03/2016

  • FOOTBALL

    Foot européen : le Real déchaîné, Leicester se prend à rêver

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mondial-2006 : l'enquête de la Fifa "entravée" par des témoins récalcitrants

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Classement Fifa : plus aucun représentant africain dans le top 30

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)