Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

Moyen-Orient

Un chef de l'EI chargé de la production d’armes chimiques arrêté en Irak

© Karim Sahib, AFP | Capture d'écran de la télévision irakienne montrant des experts de l'ONU contrôlant la destruction de gaz moutarde en novembre 2015 à Al-Mouthanna, en Irak.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/03/2016

Sleiman Daoud al-Afari, un ancien expert en armes chimiques sous Saddam Hussein, devenu chef d'une unité spécialisé de l'EI, a été capturé dans le nord de l'Irak, ont annoncé des sources américaines et irakiennes mercredi.

Les forces spéciales américaines ont capturé un des chefs d’une unité de l’organisation de l’État islamique chargée de développer des armes chimiques, lors d’un raid effectué le mois dernier dans le nord de l’Irak, a-t-on appris d’après des sources officielles irakiennes et américaines mercredi 9 mars.

Le gouvernement américain avait annoncé cette capture la semaine dernière sans donner le nom du dirigeant jihadiste arrêté, affirmant toutefois qu’il était retenu depuis deux ou trois semaines et soumis à des interrogatoires. Ces derniers jours, l'aviation américaine a commencé à bombarder les sites d'armes chimiques de l’EI près de Mossoul en Irak dans le but de réduire la capacité du groupe à utiliser du gaz moutarde, a rapporté mercredi la chaîne de télévision CNN.

Spécialiste des armes chimiques sous Saddam

Deux sources officielles des renseignements irakiens ont affirmé, sous couvert d’anonymat, que l’expert arrêté en Irak était Sleiman Daoud al-Afari, un membre de l’ex-armée de Saddam Hussein spécialisé dans les armes chimiques et biologiques. D’après ces mêmes sources, al-Afari, âgé d’une cinquantaine d’année, dirigerait la branche pour la recherche et le développement des armes chimiques au sein de l’EI. Il a été arrêté à Tal Afar, une ville du nord de l’Irak. Le gouvernement américain a confirmé l’identité de Daoud al-Afari.

Plusieurs raids aériens ont par ailleurs visé les installations chimiques de l’EI dans le nord de l’Irak ces derniers jours, d’après une source officielle américaine, qui a précisé que ces opérations n’avaient toutefois pas permis d’éradiquer complètement la menace chimique. La coalition occidentale en Irak a commencé à cibler les installations d’armes chimiques depuis deux mois avec des frappes visant les laboratoires, les équipements et des raids ciblés contre des experts en armes chimiques, d’après les renseignements irakiens et des sources sécuritaires occidentales à Baghdad.

Gaz moutarde en petite quantité

L’organisation terroriste, qui déploie des efforts pour développer l’arme chimique, est encore incapable de produire ce type de produit à grande échelle, car il lui manque les équipements nécessaires, a déclaré Khaled al-Obaidi, le ministre irakien de la défense.

D’après des sources officielles irakiennes et américaines, l’EI serait capable de créer une quantité limitée de gaz moutarde. Des tests ont confirmé que ce gaz avait été utilisé dans une ville syrienne lors d’une attaque de l’EI en août 2015. D’autres rapports - non vérifiés - ont rapporté l’utilisation d’agents chimiques sur les champs de bataille syriens et irakiens.

Selon le commandant Jeff Davis, porte-parole du Pentagone, l’EI aurait fait usage du gaz moutarde à maintes reprises en Irak et en Syrie, sous forme de poudre incérée dans des projectiles, se propageant dans un nuage de poussière au moment de l’explosion.

Avec AP

Première publication : 09/03/2016

  • IRAK

    L’EI revendique l’attentat suicide qui a fait au moins 47 morts au sud de Bagdad

    En savoir plus

  • IRAK

    Vidéo : sur la ligne de front à Falloujah avec les forces irakiennes qui pilonnent l'EI

    En savoir plus

  • IRAK

    Des dizaines de morts dans des attentats de l'EI à Bagdad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)