Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

#ActuElles

Oui cheffe ! La gastronomie se féminise

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : en Haïti, après l'ouragan, le chaos

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Françoise Hardy, la miraculée

En savoir plus

Amériques

Barack Obama et Justin Trudeau affichent leur complicité à la Maison Blanche

© Nicholas Kamm, AFP | Barack Obama a chaleureusement accueilli le Premier ministre canadien Justin Trudeau à Washington, jeudi 10 mars.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/03/2016

Barack Obama a accueilli le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, jeudi, à Washington, lors d'une première visite officielle censée renforcer les liens entre les deux pays, notamment sur les questions climatiques.

Barack Obama, qui quittera le pouvoir dans moins d'un an, et Justin Trudeau, qui vient d'y accéder, ont affiché leur complicité et leur volonté de renforcer encore les liens entre États-Unis et Canada, climat en tête.

"Il a fait campagne sur un message d'espoir et de changement", a souligné le président américain, jeudi 10 mars, en recevant le Premier ministre canadien dans les jardins de la Maison Blanche. "Sa vision positive et optimiste est une inspiration pour les jeunes. Sur la scène internationale, son pays s'implique sur le changement climatique et le développement. De mon point de vue, que demander de plus ?", a-t-il ajouté.

Lors de cette première visite officielle d’un dirigeant canadien aux États-Unis depuis 19 ans, Justin Trudeau a longuement insisté, à l'instar de Barack Obama, sur la question du climat, "pour que nous puissions laisser à nos enfants et nos petits-enfants une planète plus propre".

Juste avant le début de la cérémonie, les États-Unis et le Canada ont annoncé un objectif commun de réduction de leurs émissions de méthane du secteur pétrolier et gazier afin de respecter, selon les termes de Barack Obama, l'"accord le plus ambitieux de l'histoire pour lutter contre le changement climatique", conclu à Paris en décembre.

Ils se sont engagés sur une réduction de ces émissions de 40 à 45 % d'ici 2025, par rapport à leur niveau de 2012, appelant les autres pays "à adhérer à cet objectif" ou à fixer leur propre échéance. L'exécutif américain, qui a fait du climat l'une de ses priorités, s'est félicité à plusieurs reprises du "retour" du Canada dans le camp des pays "ambitieux" sur cette thématique.

Les USA et le Canada n’ont "jamais été aussi en phase"

Pour le jeune dirigeant canadien, toujours au zénith dans les sondages quatre mois après son arrivée au pouvoir, cette visite officielle est l'occasion de mettre en lumière le profond changement de cap – et de style – opéré par rapport à son prédécesseur conservateur, Stephen Harper.

"Face aux grands défis auxquels nous sommes confrontés, nos deux pays n'ont jamais été aussi en phase", a souligné Barack Obama, annonçant qu'il se rendrait cet été au Canada, où il prononcera un discours devant les parlementaires à Ottawa.

Les liens économiques entre les deux pays sont extrêmement denses : 75 % des exportations canadiennes sont destinées au voisin du sud et le Canada est la première destination à l'export de 33 États américains.

Justin Trudeau a quant à lui salué la force des liens avec les Américains, "alliés, partenaires, amis". Mais a aussi insisté sur sa relation avec le 44e président des États-Unis, un "ami", un "homme de cœur mais aussi d'intellect" sur l'expérience duquel il a affirmé vouloir s'appuyer. La journée de jeudi devait s'achever par un dîner d'État en présence de quelque 200 convives.

Avec AFP

Première publication : 10/03/2016

  • CANADA

    Canada : le Premier ministre Trudeau s'excuse auprès des autochtones

    En savoir plus

  • CANADA

    Déchéance de nationalité : le Canada à contre-courant de la France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)