Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

La BCE abaisse pour la première fois son principal taux à 0 %

© Maria Christodoulou, AFP | Mario Draghi avait promis de procéder à un examen complet de sa politique monétaire

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/03/2016

Le directeur de la Banque centrale européenne, l'Italie Mario Draghi, a annoncé plusieurs mesures pour lutter contre la faible inflation et inciter les banques à accorder davantage de crédit.

"Grosse artillerie", "bazooka monétaire", ou encore "la BCE frappe fort". Les titres de la presse et du Web ne manquent pas de superlatifs pour évoquer la série de mesures qui visent à lutter contre l'inflation trop faible et relancer la croissance. Annoncées jeudi 10 mars par le directeur de la banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi, elles ont fait l'effet d'un életrochoc.

L'Italien avait promis, en décembre, de "procéder à un examen complet de l’orientation monétaire" de la BCE en mars, et il n'a pas manqué ce rendez-vous. Sa mesure la plus emblématique a été de baisser le principal taux directeur, celui du refinancement des banques, à 0 % pour la première fois dans l'histoire de l'institution monétaire. En d'autres termes, les institutions financières n'ont pas à rembourser d'intérêts. Par ailleurs, la BCE a aussi procédé à une diminution de ses deux autres grands taux.

Petite révolution

Mario Draghi a, ensuite, annoncé que la Banque centrale européenne allait augmenter son programme de rachats mensuels de dettes qui passe de 60 milliards à 80 milliards d'euros par mois. Petite révolution : l'institution ne se limitera plus, à partir d'avril, aux dettes émises par les États, elle pourra aussi acquérir des titres émis par des entreprises jugées de "bonnes qualités".

Enfin, l'institution basée à Francfort a ramené, comme attendu, le taux de sa facilité de dépôt à -0,4 % contre -0,3 % jusqu'à présent. C'est-à-dire que la BCE fait payer les banques qui décident de déposer de l'argent dans ses coffres... les incitant ainsi à utiliser les fonds plutôt pour octroyer des crédits.

"La BCE a fait plus que répondre à toutes les attentes. Au final, elle fait mieux que ce que le consensus attendait", a commenté Nicolas Chéron, de CMC Markets France. Toutes ces mesures doivent servir à lutter contre l'inflation trop basse et à inciter les banques à investir dans l'économie réelle à des taux attractifs.

Première publication : 10/03/2016

  • ZONE EURO

    La Grèce rembourse 3,4 milliards d'euros à la BCE

    En savoir plus

  • DETTE GRECQUE

    La BCE relève le plafond des prêts accordés aux banques grecques

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Comment la BCE s'est retrouvée à jouer l'arbitre du "Grexit"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)